L’image de marque de la Formule 1 n’a pas de prix aux yeux de Bernie Ecclestone. Son attrait financier non plus…

Bernie Ecclestone

Est-ce pour cela que, celui qu’on surnomme à raison « le grand argentier de la F1 », a cadenassé à ce point la diffusion d’images de toutes sortes concernant ce sport ?

Il est en effet quasiment impossible de trouver dans le commerce un documentaire correct regorgeant d’images d’archives, récentes ou pas, sur la Formule 1.

Depuis la vulgarisation d’Internet et la création de sites de vidéos en ligne, la diffusion d’images ou autres vidéos est de moins en moins contrôlable par les instances dirigeantes.

Malgré cet état de fait, le constat reste le même et les documents vidéos de qualité restent jalousement conservés.

Pourtant, l’histoire de la Formule 1 est riche et pourrait, elle aussi, contribuer à l’amélioration de l’image de marque de ce sport souvent décrié.

Citons en exemple l’époque dite des « Turbo » des années 70 et 80, méconnue des jeunes générations mais qui n’a pourtant pas à rougir de la comparaison avec les joutes technologiques actuelles. Hormis le fameux duel Villeneuve – Arnoux de 1979 à Dijon dans le cadre du défunt grand-prix de France, très peu d’images filtrent de cette période. Conséquence d’une triste histoire de droits de retransmission…une triste histoire d’argent…

Cependant, M. Ecclestone semble vouloir faire un pas vers l’accès aux archives et à leur diffusion, ce qui serait un bienfait pour tous les fans de ce sport.

Espérons que l’appel soit entendu.

Axel B.

Publicités