La saison 2010 est désormais lancée. Avec la cascade de présentation des nouvelles monoplaces, l’année débute en boulet de canon pour le monde de la Formule 1.

Hasard du calendrier ou démonstration d’une volonté de reconquête exacerbée, ce sont Ferrari et McLaren-Mercedes qui ouvrent le bal.

Ferrari&McLaren 

Les deux « top teams », moribonds la saison dernière au vu de leurs lustres passés, semblent vouloir marquer cette nouvelle année de manière très agressive.

La Scuderia Ferrari, après sa traditionnelle sortie hivernale au sein des Alpes italiennes, présente sa nouvelle monoplace, la F10, en compagnie de Fernando Alonso, enfin tout de rouge vêtu, Felipe Massa, revenant sollicité et Giancarlo Fisichella, retraité remuant (la presse le place régulièrement dans les quelques baquets concurrents encore libres).

Première sortie médiatique et déjà premiers soucis pour la F10. Malgré ses courbes aérodynamiques gracieuses et ses formes harmonieuses magnifiées par le rouge Ferrari qui en font d’ores et déjà une des plus belles monoplaces de l’année (comme d’accoutumée serais-je tenté d’ajouter), les premiers problèmes commencent à affluer. A tel point que, d’après les bruits de couloir entendus ici ou là, une version B serait déjà en préparation…Mécontente des essais en soufflerie, l’écurie serait déjà à pied d’œuvre pour ne pas revivre l’intense solitude des mauvais résultats de début 2009. Ferrari retombe-t-elle dans ses vieux travers ? Fernando Alonso pourrait se croire maudit…

Ferrari

Chez McLaren, la rigueur et la classe toute britannique étaient de sortie. Jenson Button, étrennant son rôle de champion du monde et Lewis Hamilton, à la maison, ont semble-t-il été très à leur aise.

Cependant, deux surprises ont marqué cette présentation.

Tout d’abord d’un point de vue esthétique En effet, avec le retour de l’écurie officielle Mercedes GP, la livrée grise semblait être réservée aux flèches d’argent. Mais McLaren, toujours équipée par le motoriste allemand a décidé elle aussi de conserver sa livrée qui fait son bonheur depuis plus de dix ans.

La seconde surprise, même si elle concerne également le domaine esthétique, est plus technique.

En effet, l’ensemble aérodynamique de la monoplace est très audacieux et différent de sa rivale italienne. Un grand aileron surplombant le capot moteur retient toute l’attention.

McLaren

Est-ce un choix aérodynamique assumé ? Ou simplement un moyen pour pouvoir intégrer le nouveau réservoir possédant une capacité plus importante que la saison dernière – en conséquence de l’interdiction des ravitaillements d’essence durant les courses ?

Cette conception rappelle d’ailleurs la McLaren de 1995 qui n’a pas laissé de grands souvenirs, ni beaucoup de trophées à poser sur les étagères de l’usine de Woking…

 

Toujours est-il que le team anglo-saxon affiche une volonté de vaincre et surtout une sérénité faisant peut être défaut en ce début d’année à la Scuderia Ferrari. Les premières courses au mois de mars nous en apprendrons sûrement davantage.

 

Axel  B.

Publicités