A l’orée de cette nouvelle saison, plutôt que de revenir sur les informations phares de l’hiver, à savoir le retour de Michael Schumacher et la déroute annoncée de USF1, attardons nous plutôt sur les images moins flagrantes mais néanmoins marquantes de ces quelques semaines de répit.

Beaucoup de journalistes et de photographes sont venu tirer le portrait de la nouvelle écurie Mercedes. Si les regards avisés s’arrêtaient essentiellement sur le Kaiser Schumacher, les plus curieux pouvaient sans problème remarquer le sourire forcé de Nico Rosberg ; évidemment mécontent de l’arrivée du pilote légendaire allemand qui, outre le fait de lui voler la vedette, lui a également volé son statut de premier pilote et son numéro 3 floqué sur le museau de sa monoplace synonyme de hiérarchie bien établie au sein du team de Stuggart.

Autre image marquante de cet hiver mouvementé, le début de calvitie d’un autre pilote légendaire qui a également failli faire son grand retour sur la piste en 2010; à savoir Jacques Villeneuve. Après avoir fait les yeux doux à Lotus sans succès, avoir été approché par la chancelante équipe américaine USF1, le champion du clan Villeneuve avait enfin réussi à faire son trou au sein de l’équipe serbe Stefan GP. Un choix qui pouvait paraitre étonnant vu que l’équipe n’a jamais eu aucune inscription au championnat pour la saison à venir et n’a définitivement pas réussi à l’obtenir. Le retour du grand Jacques aura eu l’effet d’un pétard mouillé, et ce malgré l’appui médiatique de Bernie Ecclestone, toujours à l’affut d’un bon coup.

L’image de Zoran Stefanovic, patron de cette écurie fantôme, assis sur le pneu arrière gauche de la Toyota 2009 restera autant dans les mémoires des aficionados de ce sport que le palmarès très terne du japonais Kazuki Nakajima, qui avait pourtant réussi, au grand étonnement de tous et de Patrick Head en particulier, à signer un contrat en bon et du forme avec l’écurie serbe. Une fois de plus, le pays du Soleil Levant a réussi à sauver sa présence en Formule 1 grâce au flamboyant Kamui Kobayashi qui aura pour lourde tâche de faire oublier un énième retour avorté du très aimé Takuma Sato.

Ayons également une pensée pour les jeunes retraités, Giancarlo Fisichella, qui s’éclate en ce moment en LMS pour, peut être, participer aux 24h du mans, et Nick Heidfeld, mis sur la touche, abandonné sur le banc Mercedes, cantonné à un simple rôle de remplaçant au cas, improbable, où Michael Schumacher ne ferait pas l’affaire…

Maintenant, le monde la Formule 1 a les yeux tourné vers le moyen orient et la manche inaugurale du 14 mars à Bahreïn. Nul doute qu’une multitude d’autres images viendront remplacer prestement celle d’une intersaison que l’ont avait plus connu si agité depuis des années.

Axel B.

Publicités