Nous savions, avant que ne débute la saison 2010 de Formule 1, que Michael Schumacher ferait beaucoup parler de lui durant l’année. Beaucoup d’observateurs se posaient la question de savoir si le pilote allemand serait dans le rythme des meilleurs. Les quatre premiers grands prix nous ont apporté des éléments de réponses qui peuvent paraître étonnant aux yeux de certains.

En effet, le baron rouge, ainsi surnommé lors de son prestigieux passage au sein de la Scuderia Ferrari, semble quelque peu avoir perdu son titre de noblesse. Certes, personne ne s’attendait à le voir gagner en ce début de saison, ni mener le championnat de manière magistrale mais peu également pensaient voir son coéquipier Nico Rosberg le dominer sur la piste de cette façon.

En quatre grands prix, Michael Schumacher s’est retrouvé quatre fois derrière Nico Rosberg, autant en qualifications qu’en courses. La moyenne de son retard sur un tour avoisine la demie seconde et se transforme régulièrement en minute pleine en fin de course.

Une fois ce constat établi, quelles peuvent être les solutions qui permettront au pilote allemand d’inverser la tendance ?

Son équipe technique semble déjà avoir pris les devants. En coulisses, on entend dire que la Mercedes MGP01 ne conviendrait pas au style de pilotage du septuple champion du monde. Ce qui ne veut en aucun cas dire que la monoplace est mauvaise. A la vue des performances de Nico Rosberg, l’écurie n’aurait pas de mal à se positionner en tant que troisième force du plateau. Seulement, les dirigeants de Mercedes semblent ne pas faire totalement confiance à Rosberg pour mener à bien leurs objectifs. On peut cependant les comprendre. Après avoir passé l’hiver à convaincre Michael Schumacher de rejoindre leur équipe, avoir consentit un effort financier non négligeable et avoir capitalisé médiatiquement sur un retour victorieux du pilote, l’écurie allemande se doit de concentrer tous ses efforts pour que son pilote se sente au mieux derrière le volant…tant pis pour le talent de Nico Rosberg. La seule chance restante pour ce dernier et de réussir à s’adapter à la nouvelle monoplace, sûrement construite  autour des desideratas de Schumacher et qui verra le jour à Barcelone.

Cette nouvelle orientation technique représente une seconde chance pour le septuple champion du monde allemand de ne pas rater son retour. D’autant plus que les critiques commencent à se focaliser sur lui. La dernière en date concerne son poids, légèrement plus élevé que son coéquipier et qui pourrait le gêner dans sa progression et son rythme en course. Si l’on met de côté les hypothèses farfelues d’une implication modérée ou d’un manque de motivation qui ne sont pas dans les habitudes du champion allemand, on ne peut que se poser des questions concernant ses réelles capacités derrière un volant après trois années d’absences.

 Pour revenir vers le devant de la scène, Michael Schumacher va devoir fournir des efforts auxquels il ne s’attendait peut être pas en signant son retour. Et surtout face à son coéquipier Nico Rosberg qui semble s’être acclimaté avec une rapidité déconcertante à son nouvel univers. Mais l’aura et la passion de Schumacher sont toujours aussi fédératrices. Ce sont bien ces éléments qui pourraient faire pencher la balance en sa faveur lors des prochaines courses.

 

Axel B.

Publicités