Récemment, sur l’antenne de TF1, interviewé par Denis Brogniart, Jean Todt exprimait sa satisfaction concernant le nouveau barème de points entré en vigueur cette saison. Après un rapide calcul, en appliquant le système de point de l’année passée, les résultats sont éloquent et contredisent l’autosatisfaction du nouveau président de la FIA.

Jeant Todt exprimait le fait que les cinq premiers pilotes classés en tête du championnat du monde et se battant encore pour le titre se trouvaient regroupés en 25 points soit l’équivalent d’une victoire.

Avec le barème actuel distribuant respectivement 25, 18, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 2 et 1 points au dix premiers de la course, le classement après le grand prix de Singapour est le suivant :

1) Mark Webber : 202 points ; 2) Fernando Alonso : 191 points ; 3) Lewis Hamilton : 73 points ; 4) Sebastian Vettel 181 : points ; 5) Jenson Button : 177 points.

Si l’on applique le barème de point de l’année précédente, qui attribuait 10, 8, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 points aux huit premiers de la course, on obtient les résultats suivants :

1) Mark Webber : 80 points ; 2) Fernando Alonso : 77 points ; 3) Sebastian Vettel : 74 points ; 4) Lewis Hamilton : 73 points.

Plusieurs enseignements peuvent être déduits après observation.

Tout d’abord, le classement du championnat pilotes n’est guère modifié, sauf pour Vettel, qui gagnerait une place. Un point de plus en sa faveur contre un de moins pour Hamilton. Une évolution vraiment minime pour les deux pilotes à ce stade de la saison.

De plus, l’écart entre le premier et le cinquième du championnat s’élèverait à 8 points, soit moins d’une victoire d’écart. La lutte pour le titre serait donc plus serrée.

Certes, Felipe Massa ne reviendrait pas dans le jeu, et le championnat constructeur ne serait pas chamboulé mais tout porte à croire que, contrairement à ce que l’on nous laisse penser, ce changement d’attribution des points n’est pas un facteur important dans le scénario passionnant que nous offre le Formule 1 cette saison.

Au-delà du plus grand écart de points entre les trois premiers, et de la valorisation de la victoire, l’intérêt principal de ce nouveau barème était d’augmenter le nombre de places récompensées par des points à la vue du plus grand nombres de monoplaces présentes sur la grille de départ.

Objectif réussi, les pilotes les plus victorieux se retrouvent en tête du championnat (Webber et Alonso ont gagné quatre fois chacun) et, même si les nouvelles équipes Lotus, Virgin et HRT auront bien du mal à atteindre la dixième place d’une course, cela reste pour elles un but bien plus réaliste à atteindre qu’une huitième place.

Axel B.

Publicités