La saison de Formule 1 qui s’annonce prochainement va se présenter dans une configuration quasiment inédite depuis la création du championnat en 1950. En effet, cinq champions du monde seront présents sur la grille de départ. Un cas qui ne s’était présenté qu’une seule fois auparavant.

Avec le numéro un sur le museau de sa monoplace Sebastian Vettel aura la lourde tâche de mener la meute de bolides assoiffés de victoires. Après une saison où il aura démontré toute son abnégation et son courage malgré plusieurs revers et une forte pression, le prochain défi du jeune allemand sera de confirmer son indéniable talent couronné par un titre en 2010.

Face à lui, un autre pilote allemand aura également beaucoup à prouver. Pourtant septuple champion (1994, 1995, 2000, 2001, 2002, 2003 et 2004) Michael Schumacher a décidé de remettre son talent et sa réputation en jeux en faisant son retour en Formule 1 la saison dernière, après trois ans d’absences, au volant de la monoplace championne du monde en titre. L’équipe Brawn GP, devenue entre temps Mercedes GP, n’aura cependant pas beaucoup brillé en 2010 et l’image du l’ex-baron rouge se sera également ternie.

Même s’il s’annonce lui-même plus motivé que jamais, les efforts à faire seront immenses, même s’ils ne semblent pas insurmontables pour celui que le public considère à ce jour, et à juste titre, comme un des meilleurs pilotes de l’histoire.

Une des personnes qui connaît très bien Michael Schumacher n’est autre que le double champion du monde (2005, 2006) Fernando Alonso, qui l’a déjà battu par deux fois au cours de la « première carrière » de l’allemand et qui sait ce que gagner veut dire.

Revanchard au volant de sa Ferrari après une campagne 2010 frustrante, le pilote espagnol a déjà réussi à fédérer autour de lui toute l’équipe italienne comme savait le faire Schumacher en son temps. A ce titre, il en est le parfait héritier et représente le plus grand espoir de revoir une voiture rouge au sommet des championnats du monde.

Les deux autres champions du monde encore en activité se trouvent au sein de la même écurie. McLaren est une équipe rompue à ce genre d’exercice, elle qui avait déjà réussi à faire côtoyer, avec plus ou moins de réussite, des grands champions tels qu’Ayrton Senna ou Alain Prost.

Lewis Hamilton et Jenson Button sont de surcroît deux britanniques, champion du monde respectivement en 2008 et 2009, tous deux titrés dans des conditions très différentes.

Lewis, le prodige anglais formé depuis sa plus tendre enfance par McLaren et chaperonné par Ron Dennis a été couronné après seulement sa seconde saison. Alors que Jenson Button a du attendre neuf ans avant de pouvoir enfin goûter à la victoire finale.

Des trajectoires différentes qui sont peut être un atout maintenant dans leur relation, même s’il en faudrait peu pour que leur bonne entente ne se brise.

 

Il ne manquerait plus que la présence de Kimi Raikkonen, champion du monde en 2007 pour avoir la totalité des champions du monde des dix dernières années. Peut être que Mark Webber ou Felipe Massa perpétueront la tradition de ces dernières années d’avoir un pilote différent titré chaque saison depuis 2006.

 

Axel B.

Publicités