Le Grand Prix d’Italie à Monza marque traditionnellement un tournant dans la saison. Beaucoup d’écuries dont les ambitions se sont vues contrariés décident alors de se concentrer sur la saison suivante. Red Bull a dominé 2011 et semble sur la voie royale pour remporter les deux titres. Alors que peuvent attendre les autres équipes de 2012 ?

Licence Creative Commons / formulasantander.com

Parmi les écuries de tête, nul doutes que seule la victoire contentera leurs ambitions. Il semblerait logique que les trois équipes forte de 2011 restent en haut du tableau en 2012.

Red Bull-Renault, Ferrari et McLaren-Mercedes ont, à ce titre, joué la carte de la stabilité.

Les pilotes seront les mêmes en 2012 ainsi que la motorisation. Si un doute avait subsisté en début de saison sur les cas de Webber chez Red Bull et Massa chez Ferrari, leurs employeurs respectifs leurs ont renouvelé leur confiance…mais jusqu’à quand ?

On sait que Ferrari ne compte plus sur Massa au delà de 2012. Même si le brésilien tente d’assurer son avenir chez les rouges, il reste cependant assez loin des performances de son encombrant équipier espagnol, Fernando Alonso.

A moins de réaliser une impressionnante saison l’année prochaine, on voit mal comment le vice champion du monde 2008 ne serait pas obliger de rebondir au sein d’une autre équipe.

Le cas de Mark Webber est différent. L’australien est plus proche d’une fin de carrière que d’une redirection de celle-ci.

La lassitude pourrait s’emparer de lui et faire fléchir sa motivation. Cette année déjà, les performances de Sebastian Vettel lui ont certainement fait du mal. Lui qui semblait si fort en 2010, a largement marqué le pas, surtout en début de saison…il ne faut pas oublier que le grand Mark n’a toujours pas gagné une course en 2011 !

Il faut donc impérativement que 2012 soit meilleure pour lui afin de prolonger un peu plus l’aventure, chez Red Bull ou ailleurs.

L’écurie autrichienne a justement un vivier de jeunes pilotes qui tape ardemment à sa porte. Au sein de Toro Rosso, pas moins de trois espoirs ont des vues sur un baquet de titulaire dans l’équipe championne du monde en titre.

L’avenir de Sebastien Buemi et Jaime Alguersuari n’est pas assuré et ils auront à se battre jusqu’à la fin de la saison pour sauver leur place, puisqu’aucune n’est actuellement disponible chez Red Bull.

Candidat à leur succession, Daniele Riccardio (qui fait actuellement une pige chez HRT pour engranger de l’expérience) et Jean-Eric Vergne espèrent avoir leur chance en 2012.

Dans les autres équipes du plateau, la situation et plus ou moins claire. Certains pilotes sont assurés, ou quasi assurés, d’avoir un volant l’année prochaine. Heikki Kovalainen chez Team Lotus, Timo Glock et Jérôme d’Ambrosio chez Virgin, Kamui Kobayashi et Sergio Pérez chez Sauber, Pastor Maldonado chez Williams, Paul Di Resta chez Force India, Vitaly Petrov chez Lotus-Renault GP et bien entendu le duo germanique Nico Rosberg et Michael Schumacher de Mercedes.

D’autres restent dans l’expectative, avec plus ou moins d’espoir de rester au plus haut niveau du sport automobile. Parmi eux, Adrian Sutil, qui attend toujours l’intersaison pour arrêter ses choix aux vues des baquets disponibles, Bruno Senna, dont l’avenir reste conditionné par le retour de Robert Kubica, Rubens Barrichello, proche de la retraite, ou encore le duo de pilote d’Hispania qui ne sera connu que très tardivement.

Finalement, si les « top teams » conserveront leurs pilotes fétiches, les autres écuries auront des places à offrir et des ambitions certainement plus élevé que cette saison 2011, outrageusement dominée par les Red Bull et Sebastian Vettel.

Axel B.

Publicités