La Formule 1 est un sport de macho ? Non pas que les femmes n’y soient pas tolérées, mais il n’est pas aisé pour elles d’y accéder. Pourtant, quelques unes y sont parvenues, et parmi elles, la plus insolite de par son histoire, la Sud-Africaine Désiré Wilson.

 

Inconnue du grand public et même de la plupart des fins connaisseurs de ce sport, Désiré Wilson a pourtant couru pour Tyrell et Williams, et à même remporté un Grand Prix.

Mais il faut connaitre son histoire pour comprendre pourquoi ses faits d’armes ne sont pas inscrits dans les pages statistiques des livres d’histoire de ce sport.

Pourtant, Desiré Wilson peut être considérée comme la seule femme à avoir remporté une course au volant d’une Formule 1. Cela n’était certes pas dans le cadre du championnat officiel, mais lors d’une course du « Championnat de Grande Bretagne de Formule 1 », une discipline qui réunissait des monoplaces de F1 des années précédentes sur le sol britannique et dont Wilson a remporté la course de Brands Hatch en 1980.
C’est sur ce même circuit, également en 1980, que la jeune pilote a tenté de se qualifier pour le Grand Prix de Grande-Bretagne, officiel cette fois-ci, au volant d’une Williams privée, engagée par l’équipe Brands Hatch Racing.
Sa performance en qualification ne lui permettra pas de participer à la course puisque, à cette époque, les pilotes n’ayant pas atteint un certain temps au tour lors des essais n’étaient pas autorisés à concourir le dimanche.
Wilson se retrouvait donc sur la touche aux côtés de Jan Lammers et de Keke Rosberg, pourtant futur champion du monde en 1982, qui courrait alors sur une erratique Fittipaldi-Ford.
Mais elle réussit néanmoins à se qualifier la saison suivante sur une Tyrrell, à seulement six dixièmes d’Eddie Cheever son coéquipier, lors du Grand Prix d’Afrique du Sud 1981. Après un départ catastrophique, elle fit une belle remontée en course en dépassant notamment des pilotes établis comme Nigel Mansell, mais elle dut renoncer à quelques tours de l’arrivée suite à une sortie de route qui avait endommagé son aileron arrière. Comble de malchance, cette course tristement célèbre pour l’affrontement politique entre les deux instances dirigeantes, FISA et FOCA, a été purement rayée du championnat officiel et n’a jamais été reconnue pour la saison 1981.
Mais cette expérience malheureuse dans la discipline reine du sport automobile n’aura pas mis un terme à la carrière de la sud-africaine. Elle réussit même à impressionner Ken Tyrrell par ses prouesses, mais les financements de Riccardo Zunino et Michele Alboreto auront décidé à eux seul du duo de pilotes de l’équipe britannique pour le reste de la saison…
Consciente de la difficulté de se faire une place au sein d’un milieu dominé par les hommes, et à une époque où il était bien moins courant de voir un pilote de la gente féminine concourir dans des disciplines de hauts niveaux du sport automobile (comme Danica Patrick ou Sara Fisher récemment en IndyCar), Desiré Wilson s’est tournée vers les courses d’endurance avec succès. Elle remportera notamment les très prisés 1 000 Km de Monza et les 6H de Daytona toujours lors de la saison 1980. Elle tenta aussi de se qualifier pour les 500 Miles d’Indianapolis, mais sans y parvenir. Ces quelques victoires font penser qu’elle aurait peut être pu faire des résultats intéressants en Formule 1 si on lui en avait laissé le temps et l’opportunité.
Après tout, les quelques femmes qui ont participé à des Grands Prix n’ont pas été ridicules. La première d’entre elles, Maria Teresa de Fillipis, aurait bien pu marquer des points lors de la course en Italie en 1958 où elle dut abandonner sur problème mécanique alors qu’elle tenait fermement position à la cinquième place. Mais elle abandonna la compétition trop tôt pour pouvoir prétendre à confirmer son talent.
On pourrait également parler de Lella Lombardi, qui elle, est inscrite dans les livres d’histoire de la Formule 1 à jamais grâce au demi-point qu’elle a marqué lors du Grand Prix d’Espagne 1975.

Mais la plus insolite est aussi la plus méconnue et la seule victorieuse. Car Desiré Wilson est bien la seule femme à avoir gagné une course au volant d’une monoplace de Formule 1. Elle n’a jamais vraiment quitté le monde de la course puisque depuis qu’elle a raccroché son casque, elle s’est tournée, avec son mari au sein de l’entreprise Wilson Motorsport Inc, dans l’élaboration et la conception de pistes destinées à la course automobile.

Axel B.

Publicités