Les pilotes d’essais sont-ils enfin de retour dans un rôle majeur en Formule 1 ? On s’aperçoit en tout cas, que beaucoup d’entre eux accèdent à un poste de titulaire après avoir été passé par cette étape.

Licence Creative Commons / Erik Ll

Est-il encore bon d’être un pilote d’essais en Formule 1 ? Est-ce que cela peut ouvrir des portes vers la compétition ? Est-ce que la valeur d’un pilote sera reconnue dans ce rôle ? Toutes ces questions et bien d’autres encore ont été légitimement posées ces dernière années, avec l’importance moindre des pilotes dits « d’essais » dans les écuries de Formule 1.

Depuis la restriction des séances d’essais prévues durant l’intersaison et surtout tout au long de la saison elle-même, les pilotes d’essais avaient progressivement disparu de l’horizon des paddocks.

Beaucoup se souviennent d’un temps béni où chaque écurie pouvait, à son grès et selon ses finances, organiser des tests durant la saison pour développer de nouvelles pièces et tenter de gagner le centièmes manquant pour devancer son concurrent.

A tel point que, avec la prolifération de ces essais, les deux pilotes titulaires ne pouvaient pas participer à toutes les séances, ce qui faisait donc le bonheur des troisièmes pilotes, qui voyaient enfin la possibilité de prendre la piste au volant des monoplaces dont ils convoitaient secrètement le baquet.

Cette situation a également permis à certains pilotes de se relancer après un essoufflement de leur carrière en course. On pense notamment au Français Olivier Panis qui, après quelques saisons difficile chez Prost GP, était aller se ressourcer au sein de l’équipe britannique McLaren en tant que troisième pilote chargé des essais de développement des monoplaces des deux titulaire Mika Hakkinen et David Coulthard. Son application, son talent et sa maitrise technique avaient été reconnu et lui avait permis de revenir en tant que pilote titulaire au sein de l’équipe nippone Toyota quelques mois plus tard.

Depuis plusieurs années maintenant, et dans un souci de réduction des coûts, les séances d’essais ont été progressivement réduites, puis même complètement supprimées en ce qui concerne celles durant la saison de Grand Prix, soit de mars à novembre.

De ce fait, le rôle de pilote d’essais est devenu rapidement obsolète du à cette absence totale de roulage entre les Grand Prix. Le peu de temps passé en piste l’hiver étant logiquement réservé aux pilotes titulaires, avide d’approfondir leurs connaissances sur leur nouvelle monoplace.

Les troisième pilotes ont cependant perduré dans la discipline, soit pour remplir des obligations contractuelles avec les sponsors, soit, plus récemment, pour dégrossir dans les puissants simulateurs, les premiers réglages pour les week-ends de course des titulaires.

Mais depuis cette nouvelle saison, grâce à l’insistance du Président de la FIA, Jean Todt, les essais en cours de saison ont refait leur apparition. Et c’est ainsi, que la semaine dernière, au Mugello en Italie, les écuries qui le voulaient bien ont pu faire tourner leur monoplace et valider ainsi quelques options technique pour le début de la saison européenne.

Cela a également été l’occasion de voir quelques jeunes pilotes essayeurs en piste comme Bottas chez Williams, Gonzales chez Caterham, Bianchi chez Force India, Paffet et Turvey chez McLaren ou encore D’Ambrosio chez Lotus.

Il existe donc de fortes chances pour l’un d’entre eux de se retrouver sur les grilles de départ en 2013, à condition bien sûr d’avoir tapé dans l’œil des observateurs, cela va de soit !

Axel B.

Publicités