Voilà un toast que Kimi Raikkonen pourrait bien porter avec ses collègues de l’écurie Lotus-Renault. A la mi-saison, l’équipe aux couleurs noire et or semble être passée à côté de pas mal d’occasions de victoires, en collectionnant des places d’honneurs sur les podiums.

 

Licence Creative Commons / Rich Jones

Au début de la saison, de fortes interrogations étaient émises concernant les performances probables des Lotus-Renault. L’équipe avait eu beaucoup de mal en 2011 à satisfaire les ambitions placées en elle après deux podiums en début d’année, acquis consécutivement avec Vitaly Petrov et Nick Heidfeld.

Cependant, aucun de ces deux pilotes n’aura la carrure nécessaire pour être le leader naturel que l’écurie attendait après le terrible accident de Robert Kubica qui empêchera ce dernier de prendre part à la saison.

Eric Boullier, directeur sportif de Lotus-Renault tentera alors un coup de poker en titularisant en fin de saison Bruno Senna, en lieu et place du malheureux Heidfeld, pourtant pas déméritant. Mais même cette tentative d’électrochocs n’apportera pas le soubresaut tant attendu.

C’est aussi pour cela que le dirigeant français décidera de faire table rase pour entamer la saison 2012 sous de nouveaux auspices, avec un duo de pilotes totalement nouveau, mais pas vraiment inconnu. Boullier a réalisé le coup hivernal parfait en attirant Kimi Raikkonen dans son antre. Le champion du monde 2007, las de sa difficile expérience en rallye, s’est laissé séduire par le projet Lotus alors que Frank Williams lui tendait les bras et que les tractations avec le Britannique semblaient bien avancées.

Pour devenir le coéquipier du Finlandais, Boullier a choisi un pilote qu’il couvait depuis plusieurs années en la personne de Romain Grosjean, déjà en possession d’une expérience en Formule 1 pendant l’une des pires périodes de l’écurie en 2009. Si Grosjean n’avait pas impressionné à l’époque, sa maturité acquise en GP2 ensuite, devenait alors une bonne garantie de son talent.

Au final, les choix de Boullier ont été validés sur la piste. Si Grosjean a été un peu brouillon sur les premières courses de la saison, il s’est vite repris pour devenir un des plus beaux espoirs de ce sport. Sa deuxième place au Canada confortant son statut de pilote en passe de devenir vainqueur de Grand Prix. Kimi Raikkonen quant à lui s’est idéalement replacé dans la compétition en marquant des points très rapidement et en étant un habitué des podiums. Il donne l’impression de n’avoir jamais arrêté la Formule 1, ce qui est un exploit en soit lorsque l’ont voit les difficultés rencontrées par Michael Schumacher, lui aussi retraité en come back depuis trois ans et qui n’est monté sur un podium depuis son retour que cette année à Valence.

Mais malgré tout, une pointe de déception peut se faire ressentir concernant Lotus-Renault. En effet, l’équipe a toujours été à quelques secondes de remporter un Grand Prix mais a toujours manqué ce but pour diverses raisons, que cela soit en Chine ou au Canada.

Le facteur chance n’est certainement pas la seule explication pour justifier ce manque. Eric Boullier expliquait d’ailleurs lui-même très bien sur la grille de départ du Grand Prix d’Allemagne, les possibles raisons de ce palmarès vierge de victoire à ce jours.

Avant tout, comme dit précédemment, il ne faut pas oublier que ni Raikkonen, ni Grosjean, n’ont participé aux deux dernières saisons. Même si leur adaptation semble plutôt réussie, ils restent néanmoins des novices sur ces monoplaces modernes.

De plus, de fortes lacunes en qualifications mettent souvent en difficulté les pilotes pour la course du lendemain. Boullier sait parfaitement que si Raikkonen ou Grosjean se qualifiaient plus souvent dans les quatre premiers de la grille, ils seraient des prétendants plus sérieux et réguliers à la victoire.

Finalement, Lotus-Renault semble avoir tous les atouts pour gagner enfin, mais il manque une « synergie » (pour reprendre le terme de Boullier) à l’ensemble pour que tous les éléments qui font la victoire s’assemblent entres eux et donne enfin un résultat probant. Un petit coup de pouce du destin pourrait tout de même régler tout cela…

Axel B.

Publicités