Norman Nato fait partie de la nouvelle génération de pilotes français, tout comme Arthur Pic, Pierre Gasly ou Esteban Econ, qui convoitent une place en Formule 1 à plus ou moins court terme. Fan F1 a pu rencontrer le natif de Cannes lors des meetings World Series By Renault sur le circuit Paul Ricard au Castellet où le pilote est engagé en Formule Renault 3.5.

 IMG_4310

Norman Nato n’a pas eu un début de week-end facile pour l’avant dernière manche du très relevé championnat de Formule Renault 3.5. Après une qualification qu’il jugera lui-même décevante le samedi matin, le pilote cannois a du subir les affres d’un accrochage en début de course qui compromettra ses espoirs de bon résultat devant son public et sa famille. Une arrivée dans les points lors de la seconde course le dimanche sera néanmoins plus proche de ses ambitions.

Mais c’est avec le sourire et une bonne humeur apparente que Norman se prête aux jeux des questions réponses, visiblement amusé par les choix qui s’offrent à lui. Le principe de cette interview : deux propositions offertes au pilote, un seul choix, un joker, que Norman n’utilisera pas, et au final une discussion avec un homme passionné qui nous permet de mieux découvrir son univers et son approche du métier de pilote de course professionnel.

Formule Renault 3.5 ou GP2 ?

Je n’ai jamais testé de GP2 donc je dirais Formule Renault 3.5 car c’est vraiment une bonne série.

V8 ou V6 turbo ?

(Sans hésitation) V8

Hunt ou Lauda ?

(Petite hésitation) Lauda

TV ou cinéma ?

TV

Scorcese ou Tarantino ?

Tarantino

Est-ce que vous êtes allé voir « Rush » de Ron Howard ?

Pas encore, je n’ai pas eu le temps. Mais c’est prévu. La semaine prochaine j’aurais un peu plus de temps libre.

Prost ou Senna

Les deux. Ce sont deux très grands pilotes. Sincèrement, les deux.

Alonso ou Raikkonen

C’est un choix difficile…je dirais quand même Alonso.

Ferrari ou McLaren ?

J’ai des origines italiennes donc je vais quand même dire Ferrari

Paul Ricard ou Magny-Cours ?

J’ai déjà couru à Magny-Cours dans une petite formule mais je dirais le Paul Ricard. Malgré que Magny-Cours soit un circuit que j’apprécie aussi.

Quel est votre circuit favori justement ?

J’aime beaucoup le Nürbürgring. C’est un de mes circuits favoris. Après, on a la chance de faire des courses sur de très beaux circuits. Il n’y a pas vraiment un circuit que je n’affectionne pas, mais j’ai un petit plus pour le Nürbürgring.

Rap ou rock

House !

Repas italien ou hamburger ?

Italien ! J’essaie de manger équilibré même si des fois on fait de petits écarts, c’est normal. On évite durant la saison, on se relâche un petit peu après…

Que faites-vous justement pour vous relaxer ?

Je fais du sport à l’année. Même en hiver, ça sert à se préparer pour l’année d’après. Mais j’aime bien sortir avec mes amis, faire un petit peu la fête puisqu’on ne peut pas vraiment le faire pendant l’année.

Course à pied ou vélo

J’aime bien les sports de raquettes en fait : tennis squash, badminton  etc…

Football ou tennis ?

J’aime bien les deux mais au niveau physique et blessure je préfère quand même le tennis, c’est moins risqué que le foot.

Nadal ou Federer ?

Aujourd’hui, plutôt Nadal (rires)

Comment s’organise votre entrainement durant la période hivernale ?

J’ai un coach physique. On se voit pratiquement tous les jours sauf le week-end. On varie entre cardio et musculation, mais pas de la musculation pour devenir un bodybuilder, c’est surtout pour l’endurance du cou, des épaules qu’il faut obligatoirement renforcer pour piloter une monoplace.

Des objectifs pour la fin de saison ?

Je n’ai clairement plus grand chose à jouer au championnat. Mon but va d’être d’enchainer les bons résultats et de montrer mon réel niveau car depuis quelques courses, nous sommes rentré dans une phase difficile. Mais si les résultats viennent, les points suivront.

Et pour l’année prochaine ?

Aujourd’hui je ne sais pas encore. On est en train de discuter. J’ai des managers qui s’occupent de cela. Moi j’essais de faire mon travail en piste et on verra ensuite ce qu’il se passera

Équipier de Kevin Magnussen au sein de la mythique et reconnue équipe DAMS, Norman Nato a un point commun avec tous ses camarades de jeux : une ambition débordante. Les Grosjean, Pic, Vergne ou Bianchi devront regarder de près la progression de leurs cadets car une nouvelle génération de pilotes français est en train d’émerger, et Norman Nato fait partie des chefs de file de ces tricolores que l’on pourrait retrouver en Formule 1 dans peu de temps…

 

Axel B.

Publicités