Le départ de Kimi Raikkonen vers d’autres cieux l’an prochain a changé la donne chez Lotus en cette fin de saison. Le divorce entre l’équipe et le Finlandais ne se fait pas sous les meilleurs auspices et, de ce fait, Romain Grosjean est en train de prendre une place de plus en plus importante au sein de l’écurie. Mais le pilote français a-t-il les épaules assez larges pour soutenir le leadership que semble vouloir lui offrir Eric Boullier ?

 

Licence Creative Commons / Morio
Licence Creative Commons / Morio

Eric Boullier ne cesse de le répéter à qui veut l’entendre, Romain Grosjean est en train de prendre une autre dimension en cette fin de saison. Effectivement, le pilote français semble avoir laissé derrière lui ses vieux démons de l’année passée.

Sa vitesse est toujours présente, mais son agressivité est devenue positive. Preuve en est, le natif de Genève est entré six fois dans les points lors des sept dernières courses. On découvre là une qualité de régularité qu’on ne lui connaissait pas et qui lui donne une crédibilité nouvelle à l’orée d’une saison 2014 qui sera déjà charnière dans sa carrière.

En effet, avec le départ de Kimi Raikkonen vers Ferrari, Romain Grosjean va se voir inévitablement propulser en tant que leader de son équipe. Avec deux saisons derrière lui passées au sein de la structure Lotus, Grosjean sera l’homme sur qui l’équipe va s’appuyer pour digérer tous les changements de réglementations prévus l’année prochaine.

Depuis plusieurs semaines, et comme l’a confirmé Eric Boullier récemment, on sait que le seconde baquet de l’équipe sera confié soit à Nico Hulkenberg, soit à Felipe Massa. Aucun des deux pilotes ne semble pour l’instant avoir l’avantage, même si les performances remarquées de l’Allemand à Singapour et en Corée du Sud pourraient être décisives. La stabilité représentée par Grosjean sera donc très importante pour Lotus, et le pilote devra profiter du temps d’adaptation inévitable de son nouveau coéquipier pour s’affirmer comme un leader.

Cette position devra se révéler dans les deux aspects essentiels constituant la Formule 1 que sont le développement technique et la performance en piste. Pour ce qui est de cette dernière qualité, Romain Grosjean a prouvé cette année qu’il pouvait être rapide, régulier sur la durée d’un championnat et constant en course ; même si sur ce dernier point, il devra engranger de l’expérience comme l’a démontré sa petite erreur de concentration après la seconde neutralisation lors du Grand Prix de Corée le week-end dernier. Au niveau du développement technique, le Français semble avoir une bonne relation avec ses ingénieurs, et les performances toujours intéressantes de Lotus en cette fin de saison doivent également être misent au crédit d’un travail constant et de qualité du développement de la monoplace. Connaissant la réputation de Kimi Raikkonen dans ce domaine, les progrès de la voiture peuvent donc être imputés en part importante à Grosjean.

Reste à savoir maintenant si Romain sera capable de gérer la pression inhérente à son nouveau statut. La question mérite d’être posée car cela va être la clé de sa réussite. N’oublions pas qu’il lui a fallu l’aide d’un psychologue pour prendre le dessus sur ses problèmes de comportements et son approche de la course l’année dernière. Lui seul tient la réponse à cette question. Mais, comme pour tout pilote de course, il lui suffit d’enchainer les bons résultats et de se trouver dans une spirale positive pour engranger la confiance nécessaire à son épanouissement au plus haut niveau. Romain Grosjean est actuellement sur le bon chemin pour réunir tous les paramètres qui lui permettront de faire partie des cadors de la discipline.

Axel B.

Publicités