Quand une nouvelle victoire de Sebastian Vettel intervient, il ne faut pas hésiter à aller chercher un petit peu plus loin de l’action et du renouveau. A ce petit jeu là, les pilotes Sauber nous ont gratifiés d’un beau tir groupé que l’on attendait plus venant de l’écurie suisse.

Licence Creative Commons / Morio
Licence Creative Commons / Morio

Depuis deux Grands Prix, Nico Hulkenberg réalise des prouesses au volant de sa Sauber-Ferrari. Depuis qu’il s’est fait griller la politesse par Kimi Raïkkönen pour le second baquet de la Scuderia, le pilote allemand est obligé de prouver sa valeur en piste.

En effet, Nico n’a toujours pas de contrat pour la saison prochaine. On sait déjà qu’il a fait activer la clause libératoire de son contrat avec Sauber, écurie qui ne lui a pas permis cette année de réellement faire voir sa valeur. Sauf que malgré des contacts très précis avec Lotus pour remplacer le même Raïkkönen, l’ex pilote Williams n’a rien d’autre à se mettre sous la dent. En concurrence avec Massa pour le volant noir et or, Hukenberg est cependant en train d’envoyer le Brésilien vers une retraite forcée. Avec un matériel pourtant bien inférieur à la Ferrari, le natif de Emmerich am Rhein a laminé le vice-champion du monde 2008. Des performances qui marqueront à coup sûr l’esprit d’Eric Boullier au moment où un choix devra être fait.

Mais le bond au classement et sur la grille d’Hulkenberg doit également être imputé à une Sauber revigorée. La monoplace suisse ne semble plus être la même qu’au début de la saison. Une Monsiha Kaltenborn enfin souriante ne cesse de répéter à qui veut l’entendre que le travail effectué par toute l’équipe depuis le début de la saison est enfin entrain de payer. Alors que l’équipe est au bord du gouffre financier depuis quelques mois, ces résultats arrivent comme une bouffée d’air frais. On aurait pu penser d’ailleurs, en voyant les deux pilotes côtoyer régulièrement le Top 10 en qualifications, que l’équipe misait tout sur cet exercice si difficile au détriment de la course pour réussir à se faire voir dans l’optique d’attirer quelques sponsors intéressant. Mais la nouvelle vigueur de Sauber se confirme également en course. Preuve évidente donc de réels progrès.

Même le jeune Estéban Guterriez semble être un nouveau pilote, et a finalement marqué ses premiers points au Japon en se défendant becs et ongles face à la Mercedes de Nico Rosberg, pourtant double vainqueur cette année à Monaco et Sivlerstone. La cible préféré de Jacques Villeneuve durant les retransmissions télévisées vient donc de prouver en quelques Grands Prix qu’il n’était pas qu’une simple valise remplie d’argent, mais bien un pilote de course qui avait besoin d’un peu de temps et surtout d’une monoplace un peu plus compétitive pour démontrer sa vraie valeur.

En ce sens là, il fait un peu penser à Pastor Maldonado, très décrié au début de sa carrière en Formule 1 pour son agressivité en piste, et qui a finalement remporté une course après seulement 24 Grands Prix dans la discipline. Gutierrez devra également s’inspirer des progrès réalisés par Romain Grosjean, que l’on pensait perdu pour la Formule 1 après ses nombreux déboires et qui se voit désormais acclamé par les plus grands comme Vettel. Il ne faut surtout pas oublier que de nos jours, les jeunes pilotes débarquent dans la discipline avec très peu de temps de roulage à bord de la monoplace et encore moins d’occasion d’en réaliser entre deux courses.

Reste tout de même que Sauber est fidèle à sa tradition de lancer dans le grand bain des jeunes pilotes en devenir qui pourront peupler un jour le haut de la grille. Heinz-Harald Frentzen, Felipe Massa, Kimi Raïkkönen et Sergio Pérez sont déjà passé par cette école et ont tous fini dans de grandes équipes comme Williams, Ferrari ou McLaren. Si Hulkenberg ne s’est pas vraiment révéler à Hinwill, il pourra profiter de ce beau tremplin pour aller plus haut, comme Gutierrez, si ses performances continuent à s’améliorer.

Axel B.

Publicités