De part son histoire tout au long de ses onze années passées en Formule 1, Felipe Massa est un pilote à part. Il va rejoindre en 2014 une des dernières équipes indépendantes survivantes de la grande époque de la discipline : Williams. Il va donc marcher dans les pas de son idole Ayrton Senna qui a payé de sa vie le prix de sa passion, en 1994, au sein de l’équipe britannique.

 800px-2013_Italian_GP_-_Massa

Felipe Massa a une histoire tumultueuse avec la Formule 1. Il a débarqué dans la discipline en 2002 au volant d’une Sauber, couvé par Ferrari, qui l’aura lancé dans le grand bain peut être un peu trop tôt. Victime de sa fougue et de son manque d’expérience, le Brésilien commettra beaucoup de fautes lors de sa première saison et sera rétrogradé en 2003 au rang de pilote essayeur de la Scuderia.

Lors de cette saison d’apprentissage, au contact de Michael Schumacher, il va acquérir des méthodes de travail efficaces et un style de pilotage plus doux, aux antipodes de ce qu’il avait démontré l’année précédente. Il restera deux saisons au sein de l’écurie suisse en réalisant quelques belles courses qui lui vaudront d’être titularisé chez Ferrari en 2006. Il remportera cette année là sa première victoire en Turquie, puis une autre sur ses terres, au Brésil, en fin d’année.

Michael Schumacher prenant sa première retraite à la fin de cette saison, Massa sera désigné comme le digne successeur de son ainé. Et il ne décevra pas les rouges. Il contribuera au titre mondial de Kimi Raïkkönen en 2007 et surtout, il deviendra le leader de l’équipe en 2008, une saison où il se battra pour le titre mondial jusqu’au dernier virage du dernier Grand Prix au Brésil, à Sao Paulo. L’espace d’un instant, Massa croira bien être titré face à Lewis Hamilton, son rival. Mais l’Anglais arrachera dans la dernière ligne droite une cinquième place synonyme de sacre, privant Felipe de son rêve. Sa réaction d’orgueil sur le podium restera une des plus belles images de l’histoire de la Formule 1.

Mais après cet échec, moralement et sportivement très difficile à encaisser pour lui, Massa entamera la période la plus difficile de sa carrière. Son grave accident lors du Grand Prix de Hongrie en 2009 duquel il s’est miraculeusement réchappé vivant, marquera un arrêt brutal dont il aura beaucoup de mal à se sortir. Puis enfin, l’arrivée de Fernando Alonso chez Ferrari, qui s’accaparera littéralement l’équipe, le fera glisser du statut de premier pilote à celui de porteur d’eau de l’Espagnol. Le fameux épisode « Fernando is faster than you » du Grand Prix d’Allemagne 2010 mettra un terme définitif aux ambitions de victoire du Brésilien. A partir de ce moment, l’avenir de Massa basculera dans l’incertitude. Il aura cependant réussi à conserver sa place chez Ferrari jusqu’en 2013 en réalisant épisodiquement quelques bons résultats et surtout en se sacrifiant pour son leader.

Aujourd’hui, écarté par la Scuderia, il va faire face à un nouveau challenge qui, symboliquement, fait déjà beaucoup parler. Il va en effet rejoindre l’équipe Williams pour tenter de relancer sa carrière, comme l’avait fait jadis son idole Ayrton Senna en 1994 en provenance de McLaren. Certes, l’écurie britannique n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était il y a vingt ans. Mais elle est chargée d’histoire et de légende. Chaque Brésilien qui passe en ses rangs, depuis le tragique accident mortel de Senna, se sent la lourde tâche de faire honneur à la mémoire de leur illustre ainé. Antonio Pizzonia, Rubens Barrichello et encore plus Bruno Senna ont incarné ce symbole, avec plus ou moins de réussite. Felipe Massa, dont la présence en Formule 1 suscite beaucoup d’émotion de part son parcours et son caractère, devra faire face au poids de l’histoire. Dorénavant motorisée par Mercedes, la Williams lui permettra peut être de relever un dernier défi dans une carrière peu commune et de porter haut les couleurs de son pays et la mémoire d’Ayrton Senna, dont la ferveur ne s’est jamais éteinte.

Massa est en tout cas la meilleure incarnation du côté mystique, humain et émotif du triple champion du monde décédé. Et à ce titre, il pourrait bien parachever l’œuvre de « Magic Senna » en devenant le « Magic Massa » de Williams en 2014. Les changements de réglementation et le grand saut dans l’inconnu qui attend le monde de la Formule la saison à venir pourraient être sa chance.

Axel B.

Publicités