Même s’il n’a pas été le pilote le plus en vue de cette saison, même si son avenir n’est pas encore assuré pour 2014, Max Chilton a inscrit son nom dans les livres d’histoire de la Formule 1. Il est devenu le premier « rookie » à terminer toutes les courses de l’année. Un véritable exploit lorsque l’on pilote une Marussia et que l’on a que très peu d’expérience à ce niveau du sport automobile.

 800px-Max_Chilton_2013_Catalonia_test_(19-22_Feb)_Day_3

Max Chilton, pilote au physique d’acteur américain des années 50, est un garçon plutôt discret. De part sa position en fond de grille d’abord, loin des projecteurs et des micros, mais aussi de part son caractère et ses méthodes. De ce point de vue, il est l’antithèse totale d’un Lewis Hamilton « bling-bling », n’ayant que très peu de personnel qui l’entoure et ne fréquentant pas les hôtels de luxe et les soirées branchées. Certes, être pilote Marussia ne permet pas de bénéficier du même statut que chez Mercedes ou McLaren…

Et puis cette saison, en analysant pragmatiquement les résultats, on peut dire que Chilton s’est fait dominer par son équipier Jules Bianchi, qui aimait bien lui coller aux alentours d’une seconde en qualifications et quelques places en courses. Même si le Britannique a haussé légèrement son niveau de jeux en fin d’année, le résultat est là : Bianchi a été renouvelé pour 2014 alors que Chilton est toujours en attente.

Mais il est un point sur lequel le natif de Reigate, dans la banlieue de Londres, peut s’enorgueillir. Il a réalisé cette année un authentique exploit en finissant la totalité des dix neuf courses du calendrier.

C’est une chose qu’aucun autre pilote débutant dans la discipline n’avait réussi à faire avant lui. En comparaison, son équipier Bianchi a du abandonner trois fois, dont une seule fois sur casse mécanique en Allemagne. La Marussia est donc une monoplace plutôt robuste, mais le Français est néanmoins parti deux fois à la faute à Monaco et au Japon, sans pour autant être le principal instigateur des accrochages dans lesquels il a été impliqué. Mais à ce jeu là, Chilton a réussi à se tenir en dehors des embuches et à se protéger de tous les pièges que peuvent rencontrer des jeunes pilotes inexpérimentés.

Cette statistique inédite est donc le principal atout du Britannique qui essais, depuis la fin de la saison, de la mettre en avant et a profit pour pérenniser sa présence en Formule 1.

Arrivé dans la discipline avec l’aide du carnet de chèque de son richissime paternel, Chilton risque bien de faire les frais de la restructuration de l’entreprise où est impliqué son père qui a perdu tout récemment son poste au sein de celle-ci. La fin de l’engagement financier de cette dernière en sport automobile pourrait bien sonner le glas de la carrière de Max Chilton et de son frère, Tom, présent en WTCC, dans un milieu ou les apports financiers ont tendance à l’emporter sur le talent.

On ne sait donc pas si l’on reverra Max Chilton en Formule 1 l’année prochaine. Mais à défaut d’être inscrit sur la liste des partants pour 2014, il va rester inscrit sur les registres des records de la discipline comme étant le seul « rookie » a avoir terminé toutes ses courses lors de sa première année de présence en Formule 1.

Axel B.

Publicités