Mercedes a une longue histoire en Formule 1 mais un palmarès peu fourni, surtout en tant qu’équipe à part entière. Avec son premier titre des constructeurs acquis cette année grâce à Lewis Hamilton et Nico Rosberg, la marque à l’étoile confirme enfin son importance dans la discipline.

Licence Creative Commons / Kremlin.ru
Licence Creative Commons / Kremlin.ru

Malgré une présence très irrégulière, l’équipe Mercedes fait partie des plus anciennes du plateau. Inscrite au championnat du monde de Formule 1 dès la saison 1954, la firme étoilée permettra d’entrée de jeu à son pilote, Juan Manuel Fangio, de remporter deux titres des pilotes avant de subitement se retirer en 1955 après le drame intervenu au 24h du Mans.

En 1955, Mercedes décide de participer à la mythique course française avec notamment ses deux titulaires en Formule 1, Juan Manuel Fangio et Stirling Moss, ainsi que le Français Pierre Levegh. Alors que la course n’a débuté que depuis quelques heures, ce dernier sera victime d’un effroyable accrochage qui impliquera le futur champion du monde britannique Mike Hawthorn et son compatriote Lance Macklin. La Mercedes du Français, devenu un véritable projectile après avoir décollée sur l’Austin de son concurrent, ira se désintégrer dans le public, tuant sur le coup son pilote et plus de quatre-vingt spectateurs. Terriblement marquée par ce triste événement qui restera comme le pire accident qu’ait connu le sport automobile, Mercedes se retirera de toute compétition auto, alors que les portes de la gloire lui semblaient ouvertes.

Si elle participe de nouveau à la compétition, dans divers championnat de Tourisme ou de Prototype, il faudra attendre 1993 pour voir la firme allemande refaire surface en Formule 1, mais en tant que motoriste cette fois-ci. En partenariat avec Ilmor, Mercedes accompagnera l’arrivée de Sauber dans la discipline avant d’entamer un très long partenariat avec McLaren, qui sera couronné de succès par le titre des constructeurs en 1998. Un second sacre interviendra avec Brawn GP en 2009 avant le grand saut, qui fera de Mercedes une écurie à part entière en rachetant l’équipe de l’ingénieur britannique fraîchement titrée.

De 2010 à 2013, l’écurie sera en pleine reconstruction. En sortant Michael Schumacher de sa retraite et en conservant Ross Brawn, l’équipe veut capitaliser sur le passé fructueux chez Ferrari des deux hommes. Si l’entente fonctionne à merveille, les résultats tardent à venir et les deux compères finiront par quitter l’équipe sans avoir retrouvé le succès. Entre temps, une restructuration profonde de l’organisation de l’équipe verra les arrivées successives de Toto Wolff et Niki Lauda à la direction, et de Paddy Lowe comme concepteur des monoplaces.

Avec la nouvelle réglementation introduite pour la saison 2014, Mercedes prendra un avantage définitif tant du point de vue de la motorisation que de la conception aérodynamique. En offrant à Lewis Hamilton et Nico Rosberg une monoplace dominatrice, l’obtention du titre des constructeurs n’était quasiment plus qu’une formalité qui est devenu effective au soir du Grand Prix de Russie.

Le temps de la confirmation va maintenant faire place à celui de la découverte pour Mercedes, qui va devoir rester au sommet de la discipline pour amortir les dépenses astronomiques qui ont été nécessaires à l’obtention du Graal recherché depuis 2010. Son avance sur la concurrence devrait lui permettre de continuer à gagner prochainement, mais en Formule 1, les positions change très vite, il suffit de voir les récents déboires de Ferrari et Red Bull pour s’en rendre compte.

 

Axel B.

Publicités