Lewis Hamilton est double champion du monde de Formule 1. Un fait plutôt rare pour un pilote anglais puisqu’avant lui, seul Graham Hill avait réussi à coiffer deux fois la couronne mondiale.

Licence Creative Commons / Morio
Licence Creative Commons / Morio

Il est coutume de dire que le sport automobile, et plus particulièrement la Formule 1, puise ses racines sur le sol anglais. Aujourd’hui, la majorité des écuries engagées dans le championnat du monde ont leur base en Grande Bretagne et de tout temps, des pilotes de sa Royale Majesté ont concouru en piste.

Mais au final, dans le palmarès mondial, il y a eu très peu de champion du monde anglais. Le premier a bien entendu été Mike Hawthorn en 1958. Le classieux pilote originaire du nord de l’Angleterre n’aura cependant pas eu le temps de savourer ni de défendre son titre car il trouvera la mort lors d’un banal accident de la route en 1959.

Ce premier sacre anglais ouvrira la porte au gentleman Graham Hill qui imposera son style tout en douceur pour remporter deux titres mondiaux en 1962 et 1968. La longue carrière de Graham aura sûrement donné des idées à son fils, Damon, qui sera lui aussi titré en 1996 au volant de sa Williams, devenant ainsi le premier fils de champion à être couronné.

Entre temps, il ne faudra pas oublier James Hunt, qui sortira vainqueur d’un duel épique avec Niki Lauda en 1976 formidablement retracé dans le film Rush sorti l’an dernier, ni le besogneux Nigel Mansell qui coiffera enfin la couronne sur une Williams dominatrice en 1992 après plusieurs autres tentatives ratées et Jenson Button, autre gentleman titré en 2009.

En étant sacré en 2008, puis cette année donc, Lewis Hamilton entre dans l’histoire anglaise de la Formule 1 et rejoint Graham Hill au rang des double-champions du monde. Mais l’histoire ne va sûrement pas s’arrêter là puisque du haut de ses 29 ans, Hamilton a encore largement le temps d’étoffer un palmarès déjà impressionnant : 33 victoires, 38 pole positions et 20 meilleurs tours le placent déjà en haut des feuilles de records de la discipline.

Le néo double champion du monde est véritablement un pilote passionnant à suivre, tant dans l’évolution de son pilotage que dans son comportement. Cette année 2014 l’aura vu progresser de manière fantastique au volant d’une monoplace dominatrice.

Son style de pilotage, d’ordinaire très agressif, s’est amélioré pour atteindre une courbe de perfection qui lui a permis de gérer au mieux les deux éléments majeurs de cette nouvelle ère dans laquelle la Formule 1 est entrée, à savoir la gestion des pneumatiques et du carburant. Durant l’année, Lewis a souvent été parmi les pilotes les moins gourmands en carburant et il est parvenu, non sans mal, a refréner ses instincts d’attaquant pour pouvoir amener ses trains de pneumatiques aux objectifs fixés par ses ingénieurs.

D’un point de vue plus personnel, le comportement de l’Anglais a également évolué tout au long de la saison avec un paroxysme atteint lors du Grand Prix de Monaco en mai dernier. Ses réactions souvent impulsives ont été exacerbées lors de ce week-end par le geste de Nico Rosberg lors des qualifications. Montré du doigt et critiqué par son équipe et par les observateurs pour son comportement lors de cet incident, Hamilton en a tiré des leçons décisives qui lui ont permis d’aborder le reste de la saison avec un état d’esprit parfaitement calibré pour la course au titre. En voulant provoquer son rival sur le plan psychologique, Nico Rosberg a peut être finalement avantagé celui-ci.

La saison de Lewis Hamilton a été une lutte sans relâche contre lui même et contre son meilleur ennemi, Nico Rosberg. Sortir vainqueur de ce duel aura sans aucun doute renforcé l’Anglais dans sa conviction que son destin est tracé pour faire de lui une des légendes de la Formule 1.

Axel B.

Publicités