Après une saison 2014 catastrophique, Ferrari relève la tête et redevient un candidat régulier au podium et à la victoire derrière les intouchables Mercedes. Pourtant, la Scuderia a connu une profonde mutation qui semble s’avérer rapidement salvatrice.

(c) Ferrari
(c) Ferrari

Ferrari est habituée aux situations de crise. L’aura et le mythe qui entourent l’écurie italienne font que la moindre saison passée loin des podiums et des victoires peut vite devenir un calvaire.

Depuis le dernier titre Pilotes remporté en 2007 par Kimi Raikkonen, l’équipe est toujours à la recherche d’un leader capable de l’amener au sommet. Elle a cru pendant cinq saisons que cet homme serait Fernando Alonso, mais de mauvais choix stratégiques et le caractère un peu trop dominateur de l’Espagnol en ont décidé autrement.

Aujourd’hui, avec Sebastian Vettel à la barre, l’écurie au cheval cabré recherche un renouveau qu’elle semble avoir trouvé. Les mutations ont été profondes, tant du côté technique que du côté managérial. L’arrivée de Maurizio Arrivabene a, bien entendu, été la clé du nouveau départ entamé par l’équipe. L’italien a mis son charisme et sa connaissance de la Formule 1 au service des hommes qui l’entourent pour créer une ambiance conviviale et familiale qui faisait tant défaut ces dernières années.

D’ailleurs, la récente prolongation du contrat de Kimi Raikkonen pour la saison prochaine est un marqueur fort de la volonté d’Arrivabene de créer une véritable équipe avec une âme, pour pouvoir aller le plus loin possible. Avoir dans la maison le dernier champion du monde en date de l’équipe est un symbole intéressant.

De plus, là où Alonso divisait son monde et semblait être le seul véritable leader de caractère, Vettel, à la manière d’un Schumacher de l’époque, a rapidement compris que le symbole Ferrari serait toujours plus important que sa propre personne. Ses petites phrases en italien à la fin des Grands Prix montrent, parmi tant d’autres exemples, sa volonté de s’intégrer à une famille.

Il faut également saluer le travail de James Allison, leader technique de cette nouvelle ère pour Ferrari, qui malgré un déficit criant de puissance du côté du moteur, à réussi à fournir à ses pilotes une voiture bien née, équilibrée et leur permettant d’attaquer sans avoir peur de représailles. La SF15-T n’est certes pas la plus efficace des monoplaces du plateau aérodynamiquement parlant, mais elle est sans conteste neutre dans son comportement et donc facilement exploitable.

Finalement, pour être reparti de zéro sur de nombreux points, Ferrari peut tirer un bilan plus que positif de sa première moitié de saison. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à ce que Vettel et Raikkonen battent à la régulière les Mercedes de Lewis Hamilton et Nico Rosberg, mais en profitant sans vergogne des moindres occasions qui se sont présentées, les nouveau hommes forts de Ferrari ont réussi à redonner confiance à l’équipe entière et ce, plutôt rapidement.

Axel B.