Telle une fable, le duel des deux pilotes Toro Rosso cette année, Carlos Sainz et Max Verstappen, prend un tournant épique et la morale du début de saison n’est plus la vérité de cette fin d’exercice 2015.

 

(c) Toro Rosso
(c) Toro Rosso

En début d’année, la signature du juvénile Max Verstappen faisait les gros titres de toute la presse, spécialisée ou non. Comment un jeune homme, pas encore majeur et étant dans l’impossibilité de posséder son permis de conduire, pouvait-il se retrouver parachuté derrière le volant d’une Formule 1 ?

De l’autre côté du box Toro Rosso, un autre jeune lion du nom de Carlos Sainz aura du patienter un peu plus pour voir sa titularisation effective. En balance avec d’autres pilotes, le pourtant émérite Espagnol ne semblait pas faire l’unanimité au sein de clan Red Bull au nom duquel, pourtant, il avait remporté des victoires importantes dans les catégories inférieures.

La pression était dans le camp du Néerlandais lors des premiers Grands Prix et force était de constater que Verstappen avait un peu de mal à gérer tout ça. En sept Grand Prix, il ne rentrera qu’une seule fois dans les points tandis que Sainz, sans être étincelant, impressionnait pas sa maitrise, sa régularité et sa capacité à commettre peu de faute en piste.

De ce point de vue là, Verstappen n’était pas exempt de tous reproches. Preuve en est son escapade sur l’aileron arrière de la Lotus de Romain Grosjean lors du Grand Prix de Monaco qui verra sa Toro Rosso s’encastrer violemment dans les murs de pneumatiques du virage de Sainte Dévote.

Mais ce crash et les déclarations qui suivirent concernant son peu d’intérêt pour la dangerosité de son pilotage allaient marquer un déclic chez le jeune homme.

A partir de ce moment, les rôles se sont inversés dans la petite équipe italienne. La fougue de Verstappen a laisser place à un pilotage plus réfléchi mais tout aussi agressif couronné par deux magnifiques quatrième place en Hongrie et aux États-Unis. Voyant ce danger monter à ses côtés, le discipliné Sainz s’est senti obligé de hausser son niveau de jeu jusqu’à aller même un peu trop loin, comme sa violente sortie de piste aux essais du Grand Prix de Russie en atteste. Quelques autres erreurs et une malchance tenace feront définitivement pencher la balance en faveur de son équipier.

Possédant plus de double de point que son équipier au classement du championnat du monde des pilotes, la victoire de Max Verstappen sur Carlos Sainz est actée pour cette année. Face à un tel phénomène qui confirme course après course toutes les louanges pourtant prématurées à son sujet, l’Espagnol va devoir garder la tête haute et le nez dans son volant pour continuer à travailler sereinement et à délivrer son plus beau pilotage comme il a été capable de le faire en début de saison. Son avenir chez Toro Rosso en dépend, et on connait la gestion impitoyable des dirigeants autrichiens à ce sujet.

Axel B.