Traditionnellement, Force India démarre la saison sur les chapeaux de roue avant de rentrer petit à petit dans le rang suite au ralentissement de son développement par rapport à la concurrence. Cette année, l’équipe indienne a vécu la situation inverse, avec une monoplace qui s’est développée tout au long de la saison pour atteindre le podium en Russie. De bonne augure pour 2016 ?

Licence Creative Commons/ Morio
Licence Creative Commons/ Morio

Cette saison 2015 a été particulièrement riche en événement pour l’équipe Force India. Après un hiver et une intersaison difficile, notamment du point de vue financier, l’écurie a débarqué à Melbourne, pour la première manche du championnat du monde de Formule 1, avec une simple évolution de sa monoplace version 2014.

La VJM08 première version s’avérera rapidement obsolète et ne sera sauvée que par la puissance de son moteur Mercedes et les quelques coups d’éclats d’un Segio Pérez particulièrement en forme.

Au cœur de l’été, c’est la réussite de l’autre pilote maison, Nico Hulkenberg, qui retiendra l’attention. L’Allemand, badgé Force India en Formule 1, ira gagner les prestigieuses 24 heures du Mans, assurant ainsi une visibilité bienvenue à son équipe en manque de performance.

L’introduction tant attendu de la version B de la monoplace indienne interviendra lors du Grand Prix de Grande Bretagne. A partir de ce moment là, Pérez ne manquera les points qu’à deux occasions jusqu’à la fin de la saison et montera même sur le podium du Grand Prix de Russie après une belle course d’attaque. Hulkenberg, étonnamment un peu moins performant que son équipier, marquera néanmoins quelques gros points pour assurer à l’équipe la cinquième place au championnat du monde des constructeurs, soit son meilleur résultat depuis son engagement dans la discipline en 2008.

La nouvelle stratégie de développement, même si elle a été plus subie que choisie, semble donc avoir portée ses fruits. Les années précédentes, l’équipe arrivait en début de saison avec une voiture compétitive, permettant à ses pilotes de jouer le podium à la régulière comme l’an passé au Grand Prix du Bahreïn avec Pérez. Mais au fil de la saison, à cause d’un manque de moyen flagrant, le développement technique de la monoplace ne pouvait plus suivre celui de la concurrence et l’équipe rentrait alors dans le rang pour se contenter de quelques places d’honneur en capitalisant sur ses bons résultats du début de saison.

Cette année, c’est l’inverse qui s’est produit, toujours avec le facteur financier comme principale cause. Impossible pour Force India, qui avait prit des retards de paiements à ses fournisseurs durant l’hiver, de proposer une toute nouvelle monoplace en début d’année,. La présence même de l’équipe sur la grille de départ en Australie était sujette à interrogation. Mais les deux VJM08 étaient bien là à Melbourne et l’équipe technique a planché sur une évolution de celle-ci pour proposer une version B, bien plus véloce à compter la mi-saison. Avec un développement tardif, mais constant et efficace, la monoplace à pu se distinguer plusieurs fois, tant en qualifications qu’en course.

Si l’équipe continue son développement en 2016 sur sa lancée de cette fin de saison, il se pourrait bien qu’elle passe un palier intéressant et qu’elle devienne une candidate crédible au podium chaque week-end. Mais une fois de plus, le critère financier sera déterminant.

Axel B.