Manor va offrir la dernière place de libre pour une participation au championnat du monde 2016 de Formule 1. Autant dire que la petit équipe anglaise est au centre des attentions de beaucoup de pilotes.

c-manor-merhi-stevens-canada
(c) Manor

Après l’annonce de la titularisation de Pascal Wehrlein chez Manor pour 2016, le champs des possibilités se réduit de plus en plus pour une poignée de pilotes désireux de participer au championnat du monde cette année.

Les choix logiques : On retrouve dans cette catégorie les trois pilotes qui ont déjà couru au moins un Grand Prix pour Manor en 2015.

A la tête de ce triumvirat, l’Américain Alexander Rossi compile beaucoup de caractéristiques recherchées par l’équipe. Sa nationalité est évidemment un atout, avec l’émergence d’une course à domicile – aujourd’hui en danger mais toujours inscrite au calendrier, et l’arrivée d’une équipe américaine avec Haas. L’engagement d’un pilote portant la bannière étoilée est des plus attrayants. Un financement intéressant par l’intermédiaire d’un ou deux sponsors personnels et un coup de volant honnête pourraient également faire pencher la balance de son côté.

Son concurrent le plus direct devrait être Will Stevens, qui a participé à la totalité de la saison 2015 avec Manor. Si le Britannique n’a pas fait d’étincelles, il a pour lui une régularité exemplaire et une connaissance parfaite de son équipe. Sa grande confiance en lui et en son talent devraient lui permettre de bien se vendre auprès de ses dirigeants.

Une opportunité que n’aura peut être pas Roberto Merhi, qui a pourtant démontré de belles qualités en devançant à plusieurs reprises son équipier l’an passé. Mais l’Espagnol, représentant pourtant un choix crédible, semble avoir déjà été mis sur la touche.

Le choix financier : Comme il est de coutume depuis toujours dans la Formule 1 moderne, l’argent et le financement ont un rôle important, voire primordial, dans le choix des petites équipes concernant leurs pilotes. A ce petit jeu, Ryo Haryanto pourrait remporter la timbale. Ce jeune Indonésien, soutenu par le pétrolier Pertamina et par le gouvernement de son pays, frappe à la porte de la Formule 1 de manière de plus en plus insistante. Pas réellement mauvais mais pas transcendant non plus, le 4ème du championnat GP2 l’an passé représenterait bien entendu un choix pas défaut pour Manor.

Les choix complètement farfelus : Au rayon des rumeurs les plus folles et des opportunités incroyables, la liste des pilotes pouvant prétendre à un volant chez Manor peut être très, très longue. En vrac, et sans plus d’explications logiques, on pourrait citer : Rubens Barrichello, qui rêve de sortir de sa retraite et de devenir le pilote de Formule 1 le plus vieux, Jean-Eric Vergne, soudainement lâché par Ferrari à la concurrence Mercedes, Adrian Sutil, revenu du monde des oubliés pour une troisième chance dans la discipline ou encore Jacques Villeneuve, déjà sur place pour les Grands Prix grâce à son rôle de consultant pour Canal +.

Bref, chacun aura l’opportunité de faire son propre choix mais au final, Manor risque de bien de ne surprendre personne en privilégiant un pilote rapportant une grosse valise de liquidité dont elle manque cruellement…

Mais certains évoquent la possibilité de mélanger l’option 1 et 2, à savoir que les trois pilotes se répartiraient ce même baquet au cours de la saison. Si elle parait hautement improbable, elle ne peut être totalement exclue à une heure où tout peut arriver en F1 !

Axel B.