Après les deux semaines d’essais hivernaux sur le circuit de Barcelone, la régularité et la fiabilité des Mercedes, alliés à leur performance sur un tour, inquiètent déjà la concurrence. De quoi en faire déjà les favoris pour la saison à venir ?

(c) Mercedes
(c) Mercedes

Les années se suivent et se ressemblent en Formule 1. Les performances sont une affaire de cycles. Après la domination de Ferrari au début des années 2000, celle de Red Bull au début des années 2010, c’est au tour de Mercedes de truster les premières places depuis maintenant deux ans. Et il semblerait que la situation ne soit pas prête de changer en 2016.

En effet, après les premiers tours de roue des nouvelles monoplaces de cette année, la tendance qui émerge et à une nouvelle avance flagrante des flèches d’argent.

Lewis Hamilton et Nico Rosberg ont effectué à eux deux le plus grand nombre de tours durant les huit journées de tests sur le circuit de Barcelone. 1 294 tours très précisément soit plus de 6 000 km, sans rencontrer de réel problème de fiabilité. Et si aucun des deux pilotes n’a réalisé le meilleur temps symbolique de ces deux semaines, aucun d’entre eux n’a pris la peine de se mettre dans les conditions parfaites pour chasser le meilleur temps, avec un réservoir vide et des pneus tendres adéquats.

Voilà de quoi inquiéter leurs plus féroces rivaux et notamment Ferrari qui comptait bien passer un palier cette saison. L’année dernière était une saison de transition pour les rouges qui se sont contenté d’obtenir les trois victoires annoncées après le recrutement de Sebastian Vettel. En 2016, la Scuderia va donc devoir démontrer un peu plus d’agressivité et d’ambition et ne pourra se contenter de se retrouver régulièrement à une demi-seconde des Mercedes. L’écart doit être plus ténu et surtout, Vettel et Raikkonen doivent pouvoir contester la victoire à Hamitlon et Rosberg à la régulière et sans profiter des circonstances de course favorables.

Les hommes de Maranello ont cependant prouvé qu’ils avaient bien cet objectif en tête durant l’hiver puisque les deux pilotes se sont succédé en haut des feuilles de temps durant la huitaine de jours en Espagne. Mais il faudra sûrement fournir encore plus d’effort lorsque Mercedes aura décidé de passer à la vitesse supérieure, dès le premier Grand Prix de l’année en Australie le 20 mars prochain.

On voit mal qui d’autre que Ferrari pourrait jouer le rôle d’outsider crédible pour empêcher Mercedes d’obtenir son troisième titre de rang. Les Williams ont encore plus de retard à rattraper après une saison 2015 décevante en terme de vitesse pure et les bons temps des Force India, Red Bull ou Toro Rosso durant l’hiverne sont que feux de paille et ne se concrétiseront qu’a quelques éparses occasions.

Finalement, le seul danger que Mercedes ne pourra prévoir se trouve à l’intérieur même de l’équipe. La relation entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg sera au centre des attentions. L’Allemand, revanchard, va essayer de gagner la guerre psychologique qui l’oppose déjà à son équiper et, celui-ci, véritable homme fort de l’équipe, devra gérer cette pression supplémentaire. Peut-être la seule chance de voir la concurrence contrecarrer les plans des hommes en gris.

Axel B.