Peu nombreux en cette saison 2016, les nouveaux arrivants en Formule 1 ont pourtant connu fortunes diverses durant la première manche de l’année. Petit tour d’horizon de leurs débuts dans la discipline reine du sport automobile.

 

(c) Renault
(c) Renault

Le débutant le plus en vue, et celui qui avait sûrement les meilleures armes en main pour réaliser l’exploit de marquer quelques points lors de sa première apparition en Formule 1, était sans conteste Jolyon Palmer.

Le fils de l’ancien pilote Tyrrell, d’ailleurs présent dans le paddock, abordait donc ses débuts dans la discipline tout vêtu du jaune Renault, lui aussi de retour en Formule 1. Les attentes étaient donc grandes avant le départ de ce premier Grand Prix.

Mais l’ambition de Renault et de ses deux pilotes, Palmer et Kevin Magnussen, n’était pas aussi haute que ce que l’on pourrait penser. Le drapeau à damier était l’objectif annoncé et les points un bonus, si d’aventure le Grand Prix d’Australie confirmait sa réputation de course atypique.

Echoué à la porte des points, à une frustrante 11ème place, Palmer n’en aura pas moins fait le boulot. Dominateur de Magnussen en qualifications, le Britannique a su éviter toutes les embûches en course, au contraire de son coéquipier danois victime d’une crevaison au premier tour, pour atteindre l’objectif fixé par Frédéric Vasseur et son équipe.

Les deux autres débutants de l’année prenaient eux leurs marques dans la même équipe : Manor. Pascal Wehrlein et Rio Haryanto n’avaient pas le meilleur des volants pour briller, mais il leur fallait surtout avaler des kilomètres et de l’expérience pour essayer de se construire une réputation.

Celle de l’Indonésien était déjà mise à mal lors de la troisième séance d’essais libres et son accrochage, à la sortie de son box, avec la Haas de Romain Grojsean qui se trouvait déjà dans la pitlane. La faute, plutôt imputable à son équipe, n’empêchât cependant pas le jeune pilote de 23 ans de se qualifier d’un souffle devant son équipier allemand. La pénalité consécutive à son accrochage matinal le condamnera cependant à partir bon dernier le dimanche.

La course, justement, s’arrêtera plutôt rapidement pour Haryanto, victime d’un problème technique sur sa monoplace.

Enfin libre de briller, Wehrlein finira quant à lui le Grand Prix, à la dernière place, mais dans le même tour que la Sauber de Felipe Nasr et la McLaren de Jenson Button. Un peu décevant, certes, pour une équipe qui se voulait surprenante cet hiver après avoir chaussé un moteur Mercedes dans son dos, mais tout de même honorable.

Une équipe à elle aussi débuté son histoire en Formule 1 avec le succès que l’on connait. Haas F1 Team est entré dans la discipline par la grande porte et grâce à Romain Grosjean, a marqué ses premiers points à sa première apparition. Un exploit qui n’était plus arrivé pour une équipe construite de toute pièce depuis les débuts de Toyota en 2002.

Axel Brémond