La Russie prend une place de plus en plus importante en Formule 1 avec son Grand Prix national et la présence de quelques pilotes depuis plusieurs saisons. Pourtant, l’émergence dans le discipline de ce puissant pays ne se sera pas faite sans difficultés.

(c) Getty
(c) Getty

Avant de voir l’organisation de son premier Grand Prix en 2014 sur le site olympique de Sotchi, la Russie aura vainement tenté, à plusieurs reprises, d’attirer la discipline reine du sport automobile sur ses terres.

Il faut remonter jusqu’aux années 60 pour retrouver trace d’une première tentative d’organisation d’une course sur le sol russe. A cette époque, la Formule 1 ne s’externalisait que très peu en dehors de l’Europe occidentale. Avec une petite dizaine de courses par an inscrites au calendrier mondial, seul le continent américain – avec les États-Unis, le Mexique et le Canada, pouvait se targuer d’accueillir la discipline, tout comme l’Afrique du Sud qui, à partir de 1962, avait réussi à sécuriser une course dans un contexte politico-sociales difficiles.

Un projet trop couteux et un manque de motivation du gouvernement de l’URSS avait fait avorter dans l’œuf un projet qui semblait démesuré pour l’importance financière de la Formule 1 à cette époque. Mais à l’orée des années 80, la prise de pouvoir de Bernie Ecclestone allait fortement changer les choses.

Le Britannique voyait grand pour la discipline, et sa volonté d’élargir les frontières de la Formule 1 passait obligatoirement par une présence sur le sol russe. A cette époque, il ne pensait sûrement pas qu’il lui faudrait attendre plus de 30 ans avant de voir son projet se réaliser.

Pourtant, au début des années 80, Ecclestone semblait tenir son Grand Prix de Russie entre les mains. Fort d’un accord avec Leonid Brejnev, personnage central du monde politique de l’URSS, une course fut alors inscrite au calendrier de la saison 1983. Mais la mort de Brejnev, en novembre 1982, précipita la fin de cette ambition. Ensuite, avec l’organisation du Grand Prix de Hongrie en 1986, devenant ainsi la première course à se dérouler de l’autre côté du Rideau de fer, Ecclestone s’éloigna peu à peu de la Russie.

D’autres projets, assez rapidement avortés pour des raisons politiques ou financières, se sont succédés durant les deux décennies suivantes jusqu’à ce que le site olympique de Sotchi et la volonté commune de Vladimir Poutine, alors premier ministre russe, et de Bernie Ecclestone, soient les ingrédients de la réussite pour l’organisation d’un Grand Prix de Russie.

Accompagné par les succès plus ou moins relatifs des deux premiers pilotes russes en Formule 1, Vitaly Petrov et Daniil Kvyat, la course a rencontré son public et semble devenir un des rendez-vous apprécié par les pilotes depuis trois ans. La piste, inévitablement dessinée par Herman Tilke, possède quelques enchainements capables de fournir quelques grands moments de sport automobile.

Axel Brémond