La seule et unique victoire d’Olivier Panis en Formule 1 a été acquise à Monaco, il y a tout juste 20 ans, dans des circonstances de course rocambolesques, desquelles le pilote français s’était extirpé avec talent.

(c) Ligier
(c) Ligier

Il était écrit que ce Grand Prix de Monaco 1996 allait avoir une saveur particulière. Cette saison était la première de Michael Schumacher avec Ferrari. Le nouveau double champion du monde, star de la discipline, avait choisi de relever le dur défi de remettre la Scuderia sur le chemin de la victoire.

Face aux Williams dominatrices de Damon Hill et Jacques Villeneuve, l’Allemand avait fort à faire cette saison. Jusqu’à présent, le Britannique et le Canadien se sont échangés les victoires : trois pour Hill et une pour Villeneuve, lors de sa quatrième participation en Grand Prix. Un exploit retentissant qui place d’emblée le fils de Gilles comme un des sérieux prétendants à la victoire monégasque. D’autant plus que Damon Hill n’a jamais été à son aise dans les rues de la Principauté.

Mais à la surprise générale, c’est bien Michael Schumacher qui signe la pole position le samedi à Monaco. Sa deuxième consécutive après celle acquise quinze jours plus tôt à Imola. Damon Hill, deuxième, était relégué à plus d’une demi-seconde et Jacques Villeneuve, qui découvrait la piste, ne pointait qu’à une décevante dixième place.

Jean Alesi et Olivier Panis représentaient la France cette saison en Formule 1. Le premier au volant d’une Benetton-Renault championne du monde en titre, et le second dans le baquet d’une modeste Ligier-Mugen-Honda, écurie en passe d’être rachetée par un certain Alain Prost.

Le premier coup de théâtre de cette course eu lieu dès le premier tour. A l’image d’Ayrton Senna en 1988, Michael Schumacher part à la faute à l’entrée du tunnel, sur une piste détrempée et doit abandonner sa monoplace rouge rutilante dans les barrières ! Voilà de quoi ouvrir la voie royale à Damon Hill qui se rêve en vainqueur monégasque, 27 ans après la dernière victoire de son père, Graham, grand spécialiste de Monaco avec ses cinq victoires au compteur.

Malchance ou malédiction, le moteur Renault de la Williams du Britannique part en fumée sous le tunnel à la mi-course, laissant les commandes à Jean Alesi. Le Français n’a pour le moment remporté qu’une seule victoire dans sa carrière. Celui que l’on surnomme le Poulidor de la F1, en référence à ses nombreuses deuxièmes places, se voit déjà accrocher à son palmarès une victoire de prestige. Mais à 20 tours de l’arrivée, la suspension de sa Benetton le trahit et le force à l’abandon.

C’est ainsi que l’on voit émerger en tête la Ligier d’Olivier Panis. La course du Grenoblois n’a cependant pas été de tout repos. Parti de la 14ème position sur la grille, il est longtemps resté coincé derrière un petit groupe comprenant notamment Eddie Irvine (Ferrari) et Heinz-Harald Frentzen (Sauber). C’est au prix d’un dépassement autoritaire sur l’Irlandais dans le 34ème tour, au virage du Loews, que la course de Panis prend réellement forme.

La piste s’asséchant, le pilote Ligier met en place la bonne stratégie et évite toutes les embûches d’une piste extrêmement piégeuse. En effet, nombre de ses collègues sont partis à la faute et, en y ajoutant les problèmes mécaniques, la liste des abandons s’allonge de tour en tour. Au rang des échoués, on retrouve notamment Gerhard Berger (Benetton), Rubens Barrichello (Jordan), Jacques Villeneuve, Martin Brundle (Jordan) ou encore Eddie Irvine.

Au final, seules quatre monoplaces franchiront la ligne d’arrivée, offrant un podium inattendu regroupant le vainqueur du jour, Olivier Panis, ivre de joie, le pilote McLaren David Coulthard, qui aura couru toute la course avec un casque prêté par Michael Schumacher à cause d’un problème d’aération sur le sien, et enfin Johnny Herbert, tous deux partis pourtant devant la Ligier du Français.

Jamais plus Olivier Panis ne remportera de Grand Prix. Un violent accident l’année suivant venant interrompre une montée en puissance qui semblait inexorable. Cette victoire, sur le circuit le plus prestigieux du monde, n’en a donc que plus de valeur et ce n’est pas un hasard si l’on en parle encore 20 ans après.

Axel Brémond