Ce week-end, la ville de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, va accueillir le 23ème Grand Prix d’Europe de l’histoire de la Formule 1. Ce pays du Caucase sera seulement le 4ème à accueillir cette course qui a parfois marqué la discipline.

(c) F1
(c) F1

Le premier Grand Prix d’Europe s’est déroulé en Grande Bretagne en 1983. A cette époque, c’est le circuit de Brands Hatch qui avait obtenu l’opportunité de recevoir la Formule 1. Cette saison là, le Grand Prix de Grande Bretagne se déroulait à Silverstone et pour satisfaire la volonté anglaise d’organiser une seconde course sur ses terres, la notion de Grand Prix d’Europe fut introduite dans la discipline reine de sport automobile. On notera, pour l’histoire, que c’est le Brésilien Nelson Piquet, futur champion du monde cette année là, qui remporta la course. Il devança sur le podium le Français Alain Prost et le Britannique Nigel Mansell.

L’année suivante, c’est au mythique Nurburgring que revint l’honneur d’accueillir le titre de Grand Prix d’Europe avant que Brands Hatch ne reprenne la main en 1985. Mais il faudra attendre jusqu’en 1993 pour revoir le drapeau bleu étoilé au calendrier mondial. Avec une course devenue mythique, dans des conditions météorologiques dantesques sur la piste de Donnington Park, couronnée par la victoire d’un Ayrton Senna impérial, le Grand Prix d’Europe entra alors dans l’histoire.

En 1996, c’est une nouvelle fois le Nurburgring qui organise la course et qui voit Jacques Villeneuve s’imposer pour la première fois en Formule 1. L’année suivant, le Canadien remportera son titre mondial lors d’un Grand Prix d’Europe entré dans les annales, sur la piste de Jerez. En lutte avec Michael Schumacher et sa Ferrari, le montréalais subira une attaque violente de l’Allemand dont il se sortira sans dommage pour finir sur le podium et être porté en triomphe par les deux pilotes McLaren, David Coulthard et Mika Hakkinen, qui fêtait, lui, sa première victoire en F1.

Pendant les neuf années suivantes, le Nurbrugring a accueilli le Grand Prix d’Europe avant de céder sa place en 2008 au circuit urbain de Valence en Espagne, qui consolidera sa présence durant cinq années, sans enthousiasmer ni les foules ni les pilotes. Durant ces années, on verra passer une victoire surprise de Johnny Herbert sur sa Stewart-Ford en 1999, la seule dans le palmarès de l’équipe, et Fernando Alonso remportera trois fois la course avec trois équipes différentes : Renault, McLaren et Ferrari. L’Espagnol est à ce titre le recordman de victoire en Grand Prix d’Europe encore en activité, le record absolu étant détenu par Michael Schumacher avec six succès. On se souviendra également du vol plané impressionnant de Mark Webber au volant de sa Red Bull à Valence en 2010 après que l’Australien ait été propulsé dans les airs après un contact avec la Lotus d’Heikki Kovalainen.

Après trois ans d’absence, le Grand Prix d’Europe va donc faire son retour sur la piste de Bakou, qui s’annonce déjà spectaculaire tant par son décor que par son tracé, à en croire les quelques chanceux qui ont pu faire quelques tours de piste avant l’inauguration officielle ce vendredi.

Axel Brémond