L’avance au championnat du monde des pilotes, acquise par Nico Rosberg en début de saison, sur son principal rival Lewis Hamilton, est en train de fondre comme neige au soleil. Il faut dire que l’Allemand s’est durement employé par tous les moyens à laisser revenir son équipier…

 

(c) Mercedes
(c) Mercedes

Depuis quelques courses, Nico Rosberg semble un petit peu perdu et parait moins serein qu’en début d’année. Sur une bonne dynamique de fin de saison 2015, l’Allemand a commencé la saison en homme fort, profitant également de la malchance tenace de son équipier et rival, Lewis Hamilton.

Mais depuis le Grand Prix d’Espagne, tout va de mal en pis pour l’actuel leader du championnat du monde des pilotes, avec seulement un point d’avance sur son dauphin.

Alors comment Rosberg a-t-il pu à ce point perdre pied après un début de saison tonitruant ? La réponse tient dans les cinq éléments ci-dessous exposés :

1/ Croire que le titre est déjà en poche : Nico Rosberg a réalisé le début de saison parfait en enchainant quatre victoires consécutives sur les quatre premiers Grands Prix. Pendant ce temps, son équipier et rival Lewis Hamilton enchainait les déconvenues, les problèmes mécaniques et les erreurs grossières. Caracolant en tête du championnat, l’Allemand s’est peut être dit à un moment que son heure était enfin venue ! Mais la saison est longue, et une belle série de victoires peut vite se transformer en cauchemar d’une course à l’autre. Nico en a sûrement conscience désormais…

2/ Sous-estimer son rival : En début de saison, Lewis Hamilton paraissait accuser le coup après deux années de luttes acharnées pour le titre mondial. Quelque peu démotivé par la série de problèmes mécaniques dont il était la victime, il lui manquait le « petit plus » nécessaire à la réussite du champion. Nico Rosberg, pendant ce temps, enchainait les victoires au fur et à mesure que son équipier s’enfonçait. L’Allemand s’est vu bien beau et pensait donc avoir anéanti psychologiquement son équipier. Mais il a suffi d’une victoire symbolique dans les rues de Monaco pour redonner de l’allant au triple champion du monde. Maintenant, Nico se méfie…

3/ S’accrocher avec son principal adversaire et néanmoins équipier : La meilleure manière de perdre des points, c’est de ne pas finir la course ! En Espagne, les torts penchaient plus du côté d’Hamilton que de Rosberg, et aucun des deux pilotes n’a fini la course. En Autriche, l’Allemand a été désigné coupable d’avoir mis le Britannique hors-piste et a perdu gros dans cette affaire. Mieux vaut donc rester à l’écart l’un de l’autre et tenter de piloter intelligemment pour marquer le plus de points possibles !

4/ Essayer de se mettre son équipe à dos : A force de s’accrocher entre eux, les deux pilotes Mercedes commencent à agacer leurs patrons. Lors de leur dernière passe d’arme, la faute a été imputée à Rosberg. La tragédie du Grand Prix de Belgique 2014 est alors revenue sur le devant de la scène. Un épisode duquel l’Allemand a eu du mal à se relever. Il vaudrait mieux pour lui qu’il prenne l’habitude de remercier son équipe pour ses bonnes performances plutôt que de s’excuser auprès d’elle pour ses erreurs. Au risque de perdre la confiance de celle-ci ?

5/ Faire des erreurs de débutant : Les 4 premiers points peuvent être résumés dans celui-ci. Mais la plus grosse erreur de Nico Rosberg se trouve dans sa gestion du championnat. Sa rivalité avec Hamilton doit passer après sa volonté de remporter le titre. Si tel était son état d’esprit, il aurait su se contenter des points de la deuxième place en Autriche et n’aurait pas, à ce jour, un seul point d’avance au championnat sur Hamilton…

Le bilan se fera en fin de saison, mais Nico Rosberg n’a jamais été aussi bien placé pour remporter enfin un titre de champion du monde. Il va donc devoir gérer sa saison dans sa globalité et éviter les erreurs qui ont pu être les siennes par le passé pour atteindre son objectif.

Axel Brémond