De Jordan à Force India, l’équipe qui porte aujourd’hui le pavillon de l’Inde en Formule 1, a toujours été à son aise à Spa-Francorchamps.

Licence Creative Commons / Par Ben Sutherland — https://www.flickr.com/photos/bensutherland/28206732066/, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50452400
Licence Creative Commons / Par Ben Sutherland

Le circuit de Spa-Francorchamps dans les Ardennes belges, a toujours été le jardin de l’équipe Force India, même lorsque celle-ci s’appelait encore Jordan.

En effet, il faut remonter en 1998 pour retrouver une première trace de cette incroyable histoire d’amour entre cette piste mythique de la Formule 1 et l’équipe basée à Silverstone en Grande-Bretagne. Cette année-là, Damon Hill offre à Jordan sa première victoire en Grand Prix à l’issu d’une course rocambolesque, marquée par un des plus gros carambolages de la discipline au départ et se soldant pas l’arrivée de seulement huit voitures au terme des 44 tours de course. Ralf Schumacher offrait même un doublé à l’équipe d’Eddie Jordan, en réussissant à contenir ses velléités pour assurer un double podium à son équipe.

C’est ainsi que la première page d’une réussite étonnante entre l’équipe et la piste belge s’est écrite. En 1999, Heinz-Harald Frentzen accroche une méritoire troisième place. Les années suivantes, les performances des Jordan se font mois brillantes, mais des pilotes comme Frentzen, Jean Alesi ou Tiago Monteiro, arrivent à créer l’exploit en récoltant parfois quelques points inespérés.

Passée sous l’ère Midland Puis Spyker, l’équipe écume les fonds de classement avant que le riche homme d’affaire indien, Vijay Mallya, ne lance Force India avec plus de succès. Dès 2009, la première équipe indienne obtient sa première pole position…à Spa-Francorchamps grâce au sympathique Giancarlo Fisichella. L’Italien réussira l’exploit de conserver une deuxième place en course derrière l’intouchable Kimi Raikkonen et sa Ferrari, offrant ainsi son premier podium à l’équipe.

Quelques places d’honneurs continueront d’émailler l’histoire entre Spa et Force India, dont une prometteuse quatrième place de Nico Hulkenberg en 2012 ou une cinquième de Sergio Pérez l’an passé.

De manière quasi-inexplicable, les monoplaces Force India semblent toujours très performantes sur ce circuit, et rater les points pour cette équipe lors de ce Grand Prix est souvent vécu comme une contre-performance.

Cette année, le duo Force India arrivera-t-il une nouvelle fois à écrire la suite du livre des succès qui lie Force India au circuit de Spa-Francorchamps ?

Axel Brémond