Felipe Massa a choisi de mettre un terme à sa carrière en Formule 1 à la fin de l’année. Il a annoncé sa décision dans le cadre du Grand Prix d’Italie, un symbole fort pour un pilote dont la présence dans la discipline a été marquée par l’émotion.

 

Rarement un pilote de Formule 1 aura connu autant d’émotions dans sa carrière. Résumer la présence de Felipe Massa dans la discipline reine du sport automobile n’est pas chose aisée. Bien sûr, son palmarès, plutôt élogieux pour quelqu’un qui a souvent joué le rôle de second pilote, reste vierge d’un titre de champion du monde. Mais l’espace de quelques secondes, le Brésilien et sa famille ont gouté la saveur de cette victoire tant désirée.

Tous les fans de Formule 1 se souviennent de ce dernier tour du Grand Prix du Brésil 2008, couru dans des conditions météorologique dantesque, et qui a finalement vu le couronnement de Lewis Hamilton pour son premier titre mondial.

Le Britannique s’est offert la consécration en doublant la Toyota de Timo Glock dans le dernier virage du dernier tour de course, pour sécuriser suffisamment de points au championnat pour finir en tête.

Mais quelques secondes auparavant, Felipe Massa avait franchi la ligne d’arrivée en tête avec sa Ferrari, pensant légitimement être couronné. C’était sans compter sans l’opportuniste  Hamilton.

Sur le podium, Massa, en pleurs, a rendu un vibrant hommage à son peuple et à sa famille en s’avançant au-devant de la foule, la coupe du vainqueur entre les mains et des regrets plein les yeux. Jamais plus cette occasion ne se représentera pour le Pauliste.

Bien sûr, il y aura son terrible accident lors des essais du Grand Prix de Hongrie en 2009 dont il lui faudra du temps pour s’en remettre. Un an, précisément, jusqu’au Grand Prix d’Allemagne 2010 où alors qu’il était en tête, Ferrari lui intima l’ordre de laisser passer son équipier Fernando Alonso, le privant ainsi d’une victoire hautement symbolique.

Massa retrouvera un peu de sérénité et de performance au sein de l’équipe Williams, qui croit encore à sa motivation et son talent lorsqu’elle l’engage en 2014. Une pole position au Grand Prix d’Autriche la même année viendra confirmer ses bonnes dispositions.

 

Et c’est donc la tête haute, en pleine possession de ses moyens, que Felipe, le petit gars de Sao Paulo, a décidé de quitter la Formule 1 qui l’a tant fait vibrer. Du jeune pilote fougueux qui a fait ses débuts chez Sauber en 2002, il partira à la fin de la saison avec l’image d’un homme qui aura vécu à fond sa carrière, avec cœur et avec talent.