L’école de pilotage Winfield, qui a lancé plusieurs gloires françaises dans les années 70 et 80, a repris vie depuis quelques mois dans des locaux implantés au sein du Circuit Paul Ricard.

Avec le retour du Grand Prix de France de Formule 1 en 2018, le Circuit Paul Ricard revient sur le devant de la scène médiatique mondiale. Mais accueillir la discipline reine du sport automobile n’était pas suffisant pour son Directeur, Stéphane Clair qui avec la complicité du Président du groupe Winfield, Frédéric Garcia, a décidé de relancer cette mythique école de pilotage française qu’est l’Ecole Winfield.

Fondés en 1964, la structure a lancé bon nombres de futurs champions français du sport automobile comme Alain, Prost, Patrick Tambay, Jacques Laffite, Jean Alesi ou encore Oliver Panis.

Située dans le bâtiment principal de l’infrastructure varoise, cette nouvelle version de la prestigieuse école conserve ses ambitions de former au plus haut niveau les jeunes talents. Le programme proposé permet donc à des jeunes entre 14 et 17 ans de découvrir le monde du sport automobile de haut niveau.

Fort d’un partenariat inédit avec Renault Sport, l’Ecole Winfield offre également la possibilité à ses élèves de piloter des Formule 1 moderne équipées de moteur V8. Implantée directement dans les locaux du Circuit Paul Ricard, l’Ecole se voit donc proposer l’opportunité de jouir de la mythique piste varoise pour former ses jeunes pilotes en herbe.

Une manière de supporter, d’une part, l’émergence de nouveaux pilotes tricolores (même si la formation est ouverte à toutes les nationalités) mais aussi de faire du Circuit Paul Ricard une référence en tant que piste de haut niveau : « 46 ans après le premier Volant Winfield organisé au circuit Paul Ricard, c’est une chance de pouvoir accéder à cette formation de qualité sur un circuit mythique. Nous aurons sans doute en Formule 1 dans quelques années, un pilote issu de la sélection Winfield, qui aura fait son apprentissage au Circuit Paul Ricard. » précise fièrement Stéphane Clair.

Lauréat du premier volant en février dernier, le Brésilien Caio Collet l’a emporté face à 17 autres concurrents et se voit  ainsi offrir une dotation d’une valeur de plus de 200 000 euros, sous la forme d’une saison complète au Championnat de France F4. Le premier d’une longue série pour cette nouvelle version de l’Ecole Winfield.

Olivier Panis remporte le Volant Elf-Winfield en 1987 :

Publicités