A l’image de Ferrari qui a remplacé l’amical et vieillissant Kimi Raikkonen par le jeune et ambitieux Charles Leclerc, Mercedes pourrait être inspirée de placer Esteban Ocon au côté de Lewis Hamilton en lieu et place de Valtteri Bottas. On vous explique pourquoi cela pourrait être une excellente idée.

L’exemple Ferrari

Charles Leclerc ne cesse d’impressionner par ses performances et son calme depuis son arrivée au sein de la tumultueuse Scuderia Ferrari. Même les observateurs qui le connaissent le mieux, à l’image de Frédéric Vasseur, sont interloqués par la rapidité d’adaptation du jeune monégasque dans un contexte d’équipe où il ne fait pas bon d’avoir un esprit faible et des résultats moyens.
Sentant peut-être que son pilote numéro 1, Sebastian Vettel, entamait un mauvais cycle en fin de saison dernière, les décisionnaires de Ferrari ont alors choisi de remplacer Kimi Raikkonen, pas assez compétiteur auprès de son ami allemand, par un jeune pilote aux dents longues et à l’ambition démesurée : Charles Leclerc.
Grand bien leur en a fait puisque dorénavant, le Monégasque, qui a pris ses marques très rapidement, n’est pas loin de prendre le contrôle technique et sportif de l’équipe en faisant douter Mattia Binotto et ses comparses de leur décision de miser sur Vettel comme étant le bon cheval au championnat.

Mercedes : le moment du choix

Chez Mercedes, une situation similaire est en train de se poser. Valtteri Bottas a été impressionnant en début de saison, remportant brillamment le Grand Prix d’ouverture en Australie, enchainant les poles position et les bonnes performances jusqu’à laisser penser qu’il pourrait, à l’image d’un Nico Rosberg, contester le titre pilote à son équipier Lewis Hamilton. Mais une baisse de forme et une série d’erreurs, comme la dernière en date en Allemagne, ont finalement encore plus fragilisé le Finlandais au regard de son excellent début de saison et des capacités qu’il a laissé entrevoir à ce moment. Ne pas être capable de les rééditer doit être une frustration supplémentaire pour le pilote et son équipe.
D’autant plus que, tapis dans l’ombre, Esteban Ocon, orphelin de volant depuis le début de la saison, capitalise sur le moindre faux pas de l’actuel second au championnat pour tenter de se faire une place de titulaire. Une place qui se jouera de toute évidence entre les deux hommes.
Mais pourquoi Mercedes serait-elle tentée de modifier son duo de pilote qui s’est installé au deux premières places du championnat ?

Une filière de jeunes pilotes à valoriser

Premièrement parce que, au contraire de Bottas, Esteban Ocon est un pur produit Mercedes. Un pilote badgé par la firme à l’étoile qui n’a de cesse de louer les qualités de sa filière de jeunes pilotes mais qui jusqu’à présent n’a pas réussi à faire de l’un d’entre eux un champion potentiel. Certes, George Russell a remporté le titre en F2 et a trouvé un volant de titulaire dans le baquet d’une moribonde Williams, mais combien d’autres sont tombés dans l’oubli ? Gary Paffett ou encore Pascal Wehrlein en sont des exemples récents. Comme l’indiquait Gwen Lagrue, le responsable de la filière, l’an passé : « Mercedes aide des jeunes doués pour parvenir en Formule 1, mais si les débouchés ne suivent pas, cela n’a plus vraiment de sens. ». Il serait donc temps pour l’équipe de donner un sens à tout ça, et le talentueux Ocon, déjà fort d’une expérience dans la discipline, représenterait un choix parfait pour embellir l’image de cette filière après de nombreux échecs.

Valtteri Bottas a-t-il montré ses limites ?

Vallteri Bottas a entamé sa troisième année de présence avec Mercedes en 2019. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le bilan du Finlandais est plutôt mitigé. Ce dernier a réalisé une bonne saison en 2017 mais le niveau d’attente et la pression était moindre sur les épaules de l’ex-pilote Williams. Remplacer le démissionnaire Nico Rosberg au pied levé, même dans la meilleure équipe du plateau, était une opportunité en or de prouver ses talents sans avoir à viser le titre et le Finlandais s’en est sorti sans trop de mal avec trois victoires de rang et une troisième place au championnat.
Sa saison 2018 a été cependant plus compliquée. Cette fois-ci, tout le monde s’attendait à ce qu’il concurrence Lewis Hamilton pour le titre mais au fur et à mesure de l’année, ses performances sont allées de mal en pis, guère aidé il est vrai sur le plan psychologique par son équipe comme lors du Grand Prix de Russie où il a dû abandonner la victoire sur une consigne, ce qui l’aura dévasté mentalement pour le restant de la saison.
Mais Mercedes sait être loyale dans un milieu où cette qualité n’est pas souvent évoquée et Bottas s‘est vu offrir une troisième chance et après un début de saison extatique, le natif de Nastola est rentré dans le rang et a perdu pied au championnat face à son équipier et principal rival, semant le doute dans la tête de ses dirigeants sur ses réelles capacités à remporter un jour le titre. Son incapacité à tenir le rythme de la Red Bull de Max Verstappen lors du dernier Grand Prix d’Allemagne a dû être un moment gênant pour lui, tout autant que sa sortie de piste fatale quelques tours plus tard.

Mercedes doit préparer « l’après Hamilton »

A 34 ans, Lewis Hamilton est plus proche de sa fin de carrière que de son début. Certes, le Britannique ne semble pas avoir perdu une once de son talent ou de sa vitesse, mais cela reste peu probable qu’il signe encore pour dix saisons en Formule 1. Et surtout, après avoir connu tous les succès avec Mercedes, le quintuple champion du monde aura peut-être envie de s’offrir un dernier défi avant de se retirer. D’aucuns l’envoient déjà chez la mythique Ferrari, qui représente le rêve de beaucoup de pilotes. Même si Hamilton ne l’avoue pas, cette idée doit bien lui trotter dans la tête.
Si cette éventualité se réalise, il sera alors temps pour Mercedes de lui trouver un successeur. Et qui de mieux pour le remplacer qu’Esteban Ocon qui connait déjà parfaitement bien la maison grise pour vivre avec eux cette saison 2019 et qui possède en plus une expérience non-négligeable en Formule 1 avec 50 Grands Prix et des luttes resserrées dans le peloton ? Une saison en course au côté d’Hamilton parachèverait intelligemment son expérience avant de le lancer dans le grand bain de la lutte au championnat avec, pourquoi pas, comme équipier, George Russell, qui viendrait ainsi confirmer la valeur et l’utilité de la filière de pilotes Mercedes.

 

 

Publicités