François Guiter, l’homme de l’ombre de la Formule 1 à la française

23 11 2014

La semaine dernière, François Guiter, peu connu du grand public, nous a quitté à l’âge de 86 ans. Il avait été l’instigateur de la participation du pétrolier Elf au sport automobile et à l’origine de la présence d’un pléthore de pilotes français en Formule 1, notamment dans les années 70 et 80.

 

(c) DR

(c) DR

François Guiter était ce qu’on peut appeler un homme de l’ombre. Ancien militaire, nageur de combat et plongeur, la personnalité atypique de ce passionné de communication l’amènera tour à tour dans le milieu du cinéma et de la publicité d’où il côtoiera notamment le Commandant Cousteau ou Haroun Tazieff, jusqu’à être propulsé en 1967 à la tête du département compétition du pétrolier français Elf.

Quoi de plus évident pour cet homme d’action que de faire entrer Elf en sport automobile afin de promouvoir au mieux la marque ? Mais la collaboration entre l’entreprise française et les disciplines automobiles ne se bornera pas seulement à un simple partenariat. Plus qu’un sponsoring, Guiter propose carrément une association avec l’écurie Matra alignée par Ken Tyrrell pour connaître son premier succès en 1969 avec le titre mondial des pilotes acquis par Jackie Stewart.

Cette victoire en appellera d’autres, et Guiter arrivera à convaincre le constructeur Renault de se lancer en sport automobile, d’abord en participant au 24h du Mans puis ensuite en s’inscrivant au championnat du monde de Formule 1 avec le révolutionnaire moteur turbo.

Le Français mettra également en place, à partir de 1971, le fameux Volant Elf, structure qui permettra de révéler de futurs grands noms de la Formule 1 française comme Patrick Tambay, premier lauréat du concours, ou encore Didier Pironi et Alain Prost. Cette filière permettra à de nombreux pilotes de se faire un nom et de participer aux plus grands championnats automobiles mondiaux avec comme apothéose la fameuse équipe de France des pilotes de Grand Prix en 1979 composée d’Arnoux, Depailler, Jabouille, Laffite, Pironi, Jarier et Tambay, rejoints l’année suivante par le tout jeune Alain Prost.

Même si sa présence se faisait plus discrète jusqu’à sa retraite à la fin des années 90, son implication restait intacte avec notamment le lancement de plusieurs idées qui ont permis à la Formule 1 de devenir le sport que l’on connait aujourd’hui, avec par exemple l’introduction des caméras embarquées au sein des monoplaces.

Homme de passion, François Guiter était aussi un homme de cœur qui avait saisi tout le paradoxe de la course automobile à travers cette phrase qui résonne toujours aussi violemment aux oreilles des passionnés, tant l’actualité récente nous l’a encore prouvé : « En sport auto, il y avait un truc qui ne me plaisait pas. A l’époque où Elf a débuté en compétition, il était dangereux d’être pilote. Beaucoup ont disparu dans des accidents. J’avais donc l’impression d’envoyer tous ces gars au casse pipe. Par rapport à mes activités passées, c’était incohérent. »

Axel B.





De Tyrrell à Mercedes : l’épopée d’une équipe championne du monde

5 11 2014

Le sacre de Mercedes cette année ne doit pas faire oublier les origines de l’écurie sur laquelle le constructeur allemand a élaboré son succès. Avant d’être Mercedes AMG F1 Team, l’équipe basée à Brackley était connue à la fin des années 90 sous le nom de Tyrrell Racing.

Licence Creative Commons / Morio

Licence Creative Commons / Morio

Cette année, Ken Tyrrell, mythique fondateur de l’écurie éponyme, aurait eu 90 ans. S’il était encore de ce monde, il aurait sûrement apprécié de voir le sacre de Mercedes cette saison.

En effet, l’histoire du constructeur allemand et celle de l’ingénieur britannique sont liées par la force des choses. L’écurie Mercedes a fait son retour en Formule 1 en 2010 en rachetant la victorieuse Brawn GP qui avait elle-même racheté pour un euro symbolique l’équipe Honda, qui avait elle aussi racheté les actifs de Brtish American Racing qui avait vu le jour après la vente de Tyrrell à Craig Pollock en 1999. Vous suivez ?

L’histoire de cette équipe n’est finalement pas si compliquée, et il y a bons nombres d’autres exemples à citer dans le même cas ces dernières années comme Lotus (ex-Toleman, Benetton et Renault), Red Bull (ex-Stewart et Jaguar) ou encore Force India (ex-Jordan, Midland et Spyker).

Donc, si l’on plonge dans les racines de Mercedes, il n’est guère étonnant de constater que l’équipe est habituée aux succès. Même si peu de personnes restent encore de l’époque Tyrrell, les gênes de la victoire sont encore présents. Certes, on est loin du petit artisan qui bidouillait lui-même ses monoplaces avant de les mettre en piste. L’époque a changé, l’aspect financier est devenu des plus importants, mais l’adrénaline de la victoire reste toujours le moteur principal. Les savoir-faire ne sont plus les mêmes mais l’esprit de compétition demeure.

Mercedes a réussi là où Honda a échoué, voilà un beau motif de satisfaction dans la guerre que se livre les grands constructeurs automobiles. Tout comme à l’époque, les Tyrrell damnaient le pion aux légendaires et puissantes Ferrari. Le duo de pilotes glamour des années 70 constitué de Jackie Stewart et François Cevert pourrait bien rappeler l’actuel duo des flèches d’argents d’aujourd’hui avec le bling-bling Lewis Hamilton et le gendre idéal Nico Rosberg.

Si certains peuvent, à juste titre, penser que la Formule 1 a perdu de son âme au fil des ans, il reste néanmoins important de se rappeler que la culture de la victoire prend son origine dans l’histoire et le passé de la discipline. Mercedes en est le parfait exemple.

Axel B.





La Formule 1, c’est le progrès !

21 06 2014

Ils sont beaucoup en ce début de saison à critiquer le nouveau chemin emprunté par la Formule 1. Trop économe, pas assez spectaculaire, plus véritablement un sport… les commentaires affluent et la situation, au final, semble bien loin de ces vociférations…

Licence Creative Commons / Mariom990

Licence Creative Commons / Mariom990

Depuis la naissance du championnat du monde de Formule 1 en 1950, la discipline n’a cessé d’évoluer. De sport réservé à des gros bras au cœur gros à tendance limite suicidaire, elle est devenue une vitrine technologique réservée à des pilotes d’élites qui ont fait de leur art une profession.

Cette évolution est bien entendue naturelle. Loin de là cependant l’idée de minimiser les talents exceptionnels des Fangio, Clark, Brabham et autres Stewart, mais comme tout, la Formule 1 doit également vivre avec son temps. De nos jours, il serait inacceptable de voir un pilote par week-end de course se tuer, comme cela pouvait être le cas il y a cinquante ans.

Les progrès réalisés dans la sécurité des pilotes et des hommes sont louées par tous, et n’auraient été possibles sans les talents d’innovation et les capacités de réactions de certaines personnes. En 1950, il aurait été impensable de voir un pilote le visage entièrement dissimulé derrière un casque intégral, comme il nous serait aujourd’hui impossible d’accepter qu’un pilote ne coure avec un simple casque de vélo sur la tête.

Il en est de même avec les évolutions technologiques, qui vont souvent de pair avec les progrès réalisés dans le domaine de la sécurité. Aujourd’hui, on critique le manque de bruit des moteurs hybrides et leur mode de fonctionnement basé sur la récupération d’énergie. Mais ceux qui critiquent ont dû oublier qu’une bonne partie des avancées technologiques proposées par la Formule 1 ont servi les progrès du quotidien de tout un chacun. Ce n’est pas être démagogue que de se soucier actuellement de l’environnement pour les générations futures, et la Formule 1, pinacle de l’automobile, du sport et de l’innovation, se devait de se pencher sur ce problème pour en proposer sa propre vision, qui fera sûrement école.

Qui s’est offusqué lorsque les boîtes de vitesses manuelles à pommeau ont été remplacées par des palettes automatiques derrière le volant ? Qui s’est offusqué de l’apparition des premiers ailerons sur les monoplaces cigares des années 60 ? Qui s’est offusqué encore de l’intégration de la technologie ? Tous ces éléments qui paraissaient à l’époque être une hérésie sont désormais devenus les standards de la discipline. Tout comme le deviendront les unités hybrides, les préoccupations sur l’environnement et la réduction du bruit ambiant. La Formule 1 doit vivre avec son temps et vivre avec son temps est synonyme de progression et d’innovation, deux termes qui qualifient au mieux la discipline et ce pourquoi les fans en sont toujours amoureux.

Certes, la Formule 1 est aussi un sport humain. Et les spectateurs veulent voir les plus bells bagarres entre leurs pilotes favoris. Mais cette année, les Grands Prix de Bahreïn ou du Canada ont été parmi les plus belles courses de l’ère moderne, preuve s’il en fallait, que les ingénieurs, les pilotes et tous les acteurs de la Formule 1 ne sont pas bridés par la nouvelle réglementation et continuent à utiliser au mieux le matériel qui est en leur possession.

Si les écuries qui, aujourd’hui, n’arrivent plus à suivre, autrement qu’à cause de problèmes financiers, râlent envers cette évolution, elles feraient sûrement mieux de se remettre à l’ouvrage pour prouver que leurs capacités de réaction et d’innovation sont restées intactes… au risque de paraitre bien terne et anachronique durant les années à venir. Une fois encore, la Formule 1 doit vivre avec son temps, et elle y arrive à merveille !

 

Axel B.





Le prince François Cevert

16 05 2013

Cette année 2013 va marquer le 40ème anniversaire de la mort de François Cevert, un des plus talentueux et des plus aimés des pilotes français que la Formule 1 ait connu. Si le destin ne l’avait pas fauché en plein vol lors des essais du dernier Grand Prix de la saison 1973 sur le circuit de Watkins Glen aux Etats-Unis, ce dandy parisien aurait pu devenir le premier pilote français champion du monde.

Licence Creative Commons / Raimund Kommer

Licence Creative Commons / Raimund Kommer

Si le sport automobile, et plus particulièrement la Formule 1, ont toujours été dans la tradition française, un seul pilote tricolore a réussi à inscrire son nom au palmarès du championnat du monde des pilotes. En réalisant cet exploit à quatre reprises en 1985, 1986, 1989 et 1993, Alain Prost a essuyé l’affront d’une non-présence française au tableau des champions depuis la création du classement en 1950. Pourtant, avant lui, quelques pilotes tricolores auraient pu être les pionniers. Parmi eux, le plus sûr espoir était assurément François Cevert.

Ce pilote parisien a gravi les uns après les autres les échelons menant au pinacle du sport automobile, la Formule 1. A une époque où la course était encore plus une histoire de talent que d’économie, François Cevert avait réussi à faire éclater son talent pour séduire Ken Tyrrell, propriétaire de l’écurie du même nom alors en plein essors suite à son double titre pilote/constructeur acquis en 1969 sous le nom de Matra.

En remplacement de Johnny Servoz-Gavin, démissionnaire au bout de trois courses, Cevert rejoint donc une écurie capable de gagner puisque Jackie Stewart remporte le Grand-Prix d’Espagne en début de saison. Même s’il ne marquera qu’un seul point cette année là, Cevert engrangera l’expérience nécessaire du haut niveau qui lui permettra de remporter sa première victoire l’année suivante, lors de la dernière course de la saison aux Etats-Unis. La victoire finale au championnat 1971 reviendra à son équipier Stewart qui ne manquera pas de louer la loyauté du Français capable selon lui de le battre à plusieurs reprises s’il n’avait pas respecté les consignes de son équipe visant à favoriser son premier pilote écossais. Cevert n’en tiendra pas rigueur et jouera le jeu sans rechigner, sachant que son heure ne tardera pas à venir.

Après une saison 1972 en demi-teinte marquée par aucune victoire de sa part, « Le Prince », comme la presse avait l’habitude de le surnommer, aborde l’année 1973 sur les chapeaux de roues et contestera de nombreuses victoires à Stewart, mais se pliera toujours aux consignes pour laisser gagner son leader, comme lors du Grand Prix d’Allemagne où l’Ecossais remporte son succès avec l’aide complice du Français.

Alors que le plus bel avenir lui semble tracé avec l’annonce semi-officielle de la retraite de Stewart à la fin de la saison, François Cevert est frappé de plein fouet par l’ironie de la mort qui le rappelle à elle lors des essais du Grand Prix des Etats-Unis sur la piste de Watkins Glen, terre de son premier et seul succès en Formule 1 deux ans plus tôt.

Suite à cette tragédie, les hommages se succèdent et Jackie Stewart, extrêmement touché par la mort d’un homme qu’il estimait tant, décide de ne pas participer à la dernière course et met un terme définitif à sa carrière. Par la suite, l’Ecossais ne cessera de s’engager pour améliorer la sécurité des pilotes et des hommes dans la discipline.

François Cevert aurait pu être le premier Français champion du monde. Idole d’une époque, sa belle gueule en avait fait le chéri de ses dames et sa classe était enviée par tous les aspirants gentlemen. Preuve de son importance dans le paysage français des années 70, plusieurs rues portent son nom au Mans, à Angers ou à Vaison-la-Romaine. Pilote complet, il avait également participé aux 24h du Mans, terminant deuxième en 1972.

Mais au final, quel plus bel hommage que celui rendu par son mentor, Jackie Stewart, triple champion du monde, qui avait fait de François Cevert son digne successeur : « La mort de François Cevert a été un coup terrible pour toute l’équipe Tyrrell et en particulier pour Helen [la femme de Stewart] et moi, il était devenu presque un frère pour moi et un très bon ami pour toute la famille. Il était un pilote intelligent, un énorme talent, qui je pense aurait pu devenir un vrai champion. »

 

Axel B.





Ils ont gagné en 2012

19 12 2012

Plusieurs pilotes et écuries ont remporté des victoires durant la saison 2012. Certains, pour la première fois, d’autre plutôt comme une confirmation. Petit tour d’horizon de ceux qui ont marqué la saison 2012 de Formule 1 de leur empreinte.

Licence Creative Commons / Nic Redhead

Licence Creative Commons / Nic Redhead

On ne peut pas parler des vainqueurs de la saison 2012 sans parler de Sebastian Vettel et de Red Bull, bien sûr. Maintenant devenus incontournable depuis plusieurs années, l’écurie autrichienne et son triple champion du monde allemand deviennent les nouvelles références en Formule 1.

La discipline reine du sport automobile a pour habitude de fonctionner par période de domination. Tant au niveau des pilotes qu’au niveau des écuries. Si Juan Manuel Fangio a été le pionnier de ses ère d’hégémonie, d’autre l’ont suivi au fur et à mesure de l’histoire comme Jack Brabham, Jackie Stewart, Niki Lauda, Alain Prost, Nelson Piquet, Ayrton Senna, Michael Schumacher et dorénavant Sebastian Vettel. Tous ont en commun d’avoir remporté au moins trois titres mondiaux. Le constat est le même en ce qui concerne les écuries. Ferrari, Lotus, McLaren, Williams et maintenant Red Bull ont tour à tour dominé la compétition. L’équipe autrichienne, menée de mains de maitre par Christian Horner et Adrian Newey, a sûrement encore de beaux jours devant elle.

Mais d’autres vainqueurs se sont mis en avant cette saison. A commencer par Mark Webber, coéquipier de Vettel, qui est rapidement retombé dans l’ombre de son leader, même si, à un moment donné de la saison, ses deux belles victoires à Monaco et à Silverstone ont fait de lui le rival le plus sérieux face à Fernando Alonso dans la quête du titre.

D’ailleurs, l’Espagnol est assurément le vainqueur le plus étonnant de cette saison à la vue des performances de sa Ferrari en début d’année. Revenu du diable vauvert, le double champion du monde, entouré par son panache et sa grinta indéfectible, a réussi à contester le titre à Vettel jusqu’à dans l’ultime manche de la saison. Ce qui lui fait dire d’ailleurs qu’il a, à ses yeux, réalisé une performance qui lui sera difficile de réitérer encore une fois dans sa carrière.

A côté de cela, les performances des deux « McLaren Boys » peuvent sembler bien ternes. Non pas dans la manière donc leurs victoires, sept au total, ont été acquises, surtout celles de Lewis Hamilton, mais surtout pour leur incapacité à transformer leurs belles performances et la rapidité de leur monoplace en réelles chances de remporter le titre. Mais cette contre performance n’est pas vraiment imputable à Hamilton et Jenson Button, qui ont souvent du faire face à la fébrilité de leur mécanique alors qu’ils étaient en position de gagner.

Une frustration qu’a connue très rapidement Nico Rosberg. Sa victoire en Chine lui a ouvert des perspectives finalement inatteignables au volant d’une Mercedes erratique et rapidement dépassée. Plus la saison avançait, et plus le pilote allemand sombrait dans les profondeurs du classement. Une détresse qui contrastait terriblement avec la joie de sa première victoire en Grand prix qui semblait pourtant en appeler d’autre au cours de l’année. Avec l’arrivée de Lewis Hamilton et le départ de Norbert Haug, la firme étoilée veut du renouveau pour 2013. Mais il ne sera pas dur d’être moins bon qu’en 2012…

Mais la victoire la plus inattendu et la plus sympathique de cette saison est sans aucun doute celle de Pastor Maldonado. Le Vénézuélien était le pilote que l’on n’attendait pas. En redonnant le goût de la victoire à l’artisan Franck Williams et à son équipe, il a également apporté un vent de fraicheur à la discipline et aux autres écuries plus modestes, en leur donnant un espoir de réussite. Certes, on pourra dire que le natif de Maracay à quelque peu vendangé la suite de sa saison avec des accrochages à répétition qui lui ont couté quelques précieux podiums et une place plus flatteuse au championnat. Mais grâce à sa victoire providentielle, il s’est trouvé une place de choix dans le monde de la Formule 1, où tant de pilotes, pourtant talentueux, se voient fermer les portes. Certes Maldonado a un apport financier très important qui lui offre, après le talent, l’autre garanti nécessaire à une présence durable dans la discipline. Mais il n’a pas payé sa victoire à Barcelone.

Pour finir, le prix de la victoire la plus jubilatoire pourrait être remis haut la main au succès de Kimi Raikkonen à Abu Dhabi. Le Finlandais a prouvé à ceux qui doutaient encore qu’il n’a rien perdu de son talent. Ni de sa gouaille d’ailleurs, puisqu’il se permettra de mettre gentiment en boite son ingénieur durant la course en lui expliquant qu’il n’avait besoin de l’aide de personne pour amener sa Lotus-Renault à la première place. Et il a eu raison !

A l’orée du Grand Prix du Brésil, les huit vainqueurs de cette saison auraient pu être neuf. Mais Nico Hulkenberg au volant de sa Force India n’aura pas réussi à réaliser cet exploit. Il ne nous reste plus qu’a espérer que la saison 2013 nous offre, elle aussi, son lot de surprise.

 Axel B.





Alonso dans la cours des grands

12 04 2012

Évidemment, en lisant le titre de cette chronique, on pourrait se sentir en léger décalage temporel. Il y a bien longtemps que Fernando Alonso fait parti des plus grands pilotes de la Formule 1. Mais sa récente victoire en Malaisie le fait surtout entrer en cinquième position des pilotes les plus victorieux de l’histoire de ce sport.

 

Licence Creative Commons / Morio

Il fût un temps, qui semble bien lointain, où le record de Jackie Stewart de 27 victoires semblait inaccessible. Mais à la fin de sa carrière en 1973, le pilote écossais ne pensait certainement pas que son total de succès en Grand Prix ne serait battu que plus de 14 ans plus tard, par Alain Prost.

De même, le record de 51 victoires établi par le français en 1993 ne pouvait être atteint à l’époque que par Ayrton Senna, à dix longueurs derrière son éternel rival.

Les vicissitudes et les drames de l’histoire en auront décidé autrement, même s’il semblait probable que le talent du géni brésilien lui aurait permit d’atteindre cet objectif qui n’a rien d’anecdotique.

Bien sur, on retrouve maintenant à la tête de ce record l’inévitable septuple champion allemand Michael Schumacher.

Fort de ses 91 victoires, le Kaiser devient une cible intéressante pour toutes les jeunes pousses qui sont avide de reconnaissance historique et mathématique. Bien entendu, Sebastian Vettel est présenté comme le meilleur espoir pour succéder à son ainé en tête de ce classement. Son talent et sa précocité en font le candidat idéal pour atteindre la barre symbolique des 100 succès en course. Mais même si son début de saison 2012 oscille entre le décevant et le déroutant, tout espoir n’est pas perdu.

A coté de lui, Fernando Alonso fait son petit bonhomme de chemin, et ses deux victoires en deux saisons (Grand Bretagne 2011 et Malaisie 2012) font de lui le cinquième homme de ce classement prestigieux.

L’Espagnol est considéré, sûrement à juste titre, comme le pilote le plus complet de sa génération. A voir ses prouesses au volant d’une monoplace erratique et ratée, les observateurs ayant constaté cet état de fait ne sont pas loin de la vérité. Et cette statistique, et les 28 victoires qui la composent, sont là pour affirmer un peu plus ce constat.

Mais à plus de trente ans, et à la vue de la situation actuelle de la Scuderia Ferrari (qui semble ne pas réussir à se sortir de cette spirale infernale de la défaite), est ce que le double champion du monde arrivera à battre le record de victoires en Grand Prix ? Probablement que non. Même si rien n’est sûr en Formule 1…

 

Mais il aura cependant le privilège de côtoyer pendant de longues années des noms prestigieux qui auront marqué le sport automobile de leur empreinte. Outre ceux précédemment cités, il ne faut pas oublier d’évoquer le britannique Nigel Mansell, qui aura atteint le chiffre impressionnant de 31 victoires, alors qu’il n’aura ouvert son compteur qu’à partir de sa 32ème année. Voilà de quoi donner de l’espoir à bon nombre de pilote en attente de succès…

 

Axel B.





So Scottish !

27 01 2011

Paul di Resta, le nouveau pilote de l’écurie Force India-Mercedes va perpétuer la tradition des pilotes écossais en Formule 1. Il devra se montrer un digne héritier de ses plus illustres prédécesseurs, qui ont marqué, chacun à leur manière, leur époque.

Le premier d’entres eux, Jim Clark, est associé à jamais à l’écurie Lotus. Celle de Colin Chapman bien entendu, pas celle(s) que nous connaissons aujourd’hui et qui sont en passe de ridiculiser ce nom prestigieux par leurs luttes intestines devant les tribunaux pour connaître l’héritier judiciaire d’un nom qui ne regagnera sa respectabilité que sur la piste.

Clark donc, double champion du monde en 1963 et 1965 fit sa renommé sur son style de pilotage léché et souple qui lui permettait d’enchaîner les virages des plus grands circuits mondiaux avec une aisance et une régularité rare.

La propreté et l’honnêteté de son comportement en piste n’avait d’égal que son allure et son attitude de gentleman à l’extérieur. Cette qualité humaine sera d’ailleurs le lien commun entre tous les pilotes écossais présent en Formule 1 ainsi qu’à tous les « gentleman drivers » britannique en général (Mike Hawthorn, Graham Hill…)

Le décès de Jim Clark en 1968 sur le circuit d’Hockeneim marquera durablement la Formule 1 et plus particulièrement Colin Chapman et son écurie, qui se retrouverons orphelin d’un champion au cœur d’or.

Un autre pilote écossais prendra rapidement la suite de son aîné en remportant le titre de champion en 1969.

Jackie Stewart, fervent défenseur de son pays jusqu’à en porter le tartan écossais sur son casque blanc immaculé, gagnera le championnat deux autre fois en 1971 et en 1973 avant de se retirer définitivement, marqué moralement par le décès de son ami et co-équipier, Francois Cevert.

Il n’aura alors de cesse de s’engager et de s’impliquer obstinément pour améliorer les conditions de sécurité de ce sport qui lui a enlevé trop de ses amis.

Stewart aura grandement marqué les esprits de la Formule 1 en ayant pourtant pris le départ que de 99 grand prix en 9 saisons. Il créera même son écurie avec son fils Paul qu’il emmènera en Formule 1 de 1997 à 1999 avant de la vendre à la firme américaine Ford dont il deviendra l’ambassadeur.

Il n’oubliera pas non plus de donner un coup de pouce salvateur à la carrière d’un de ses jeunes compatriotes, David Coulthard, qui est à ce jour le dernier écossais à avoir participé au championnat du monde de Formule 1.

Lui aussi est un véritable gentleman, autant sur la piste que dans son comportement extérieur. Il courra pour les plus prestigieuses écuries comme Williams, McLaren ou Red Bull et participera activement à l’ascension victorieuse de cette dernière même après sa retraite sportive. S’il n’a jamais été champion du monde, il a néanmoins remporté une dizaine de victoires et a même frôlé le titre en 2001 face à Michael Schumacher.

Di Resta lui, a un parcours atypique. Après avoir croisé Lewis Hamilton et Sebastian Vettel dans les formules de promotion (et les avoirs battu), il sera obligé de quitter les catégories de monoplaces, faute de moyens financiers, pour se lancer dans les compétitions de tourisme, notamment en Allemagne, où sa collaboration avec Mercedes le fera finalement parvenir en Formule 1 avec l’écurie Force India. La suite, c’est à lui de l’écrire…

 

Si Paul di Resta n’arborera pas le célèbre tartan ou la croix de St James sur son casque comme ses prédécesseurs, il portera en lui les espoirs de cette patrie victorieuse en Formule 1 et qui ne demande qu’à s’enflammer pour son nouvel étalon.

 

Axel B.








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 437 autres abonnés