GP de Hongrie 2006 : La première pour Button

20 07 2016

Alors que la Formule 1 va débarquer en Hongrie ce week-end, l’histoire de ce Grand Prix réputé ennuyeux a été marquée par de belles pages de la discipline. Comme en 2006, où Jenson Button a remporté la première victoire de sa carrière.

(c) F1

(c) F1

Il aura fallu 113 Grands Prix à Jenson Button pour enfin concrétiser tous les espoirs que le peuple britannique plaçait en lui. 113 Grands Prix de frustrations, de doutes et d’occasions manquées pour un des pilotes les plus doués de sa génération.

Il y a 10 ans, Jenson Button n’étais pas encore le champion du monde et le pilote expérimenté d’aujourd’hui. Son début de saison 2006 n’est pas au niveau de ses attentes ni de celles placées en Honda, qui vient de racheter l’écurie BAR dont le Britannique est le fer de lance depuis trois saisons.

Les Nippons s’engluent quelques peu dans les relations humaines et techniques compliquées de la Formule 1 et ont du mal à profiter de la lancée des dernières saisons prometteuses de BAR pour obtenir de bons résultats. Dans ce marasme, Button n’est pas très à son aise et se fait même dominer par son expérimenté équipier, Rubens Barrichello, fraichement débarqué de la multi-championne Ferrari.

C’est donc dans un contexte compliqué que le pilote Britannique débarque à Budapest pour le Grand Prix de Hongrie. Las, une panne moteur le forcera à changer son propulseur et à le faire partir de la seconde moitié de la grille de départ, à la 14ème place, le dimanche.

Malgré tout, les conditions météorologiques s’annoncent elles aussi compliquées puisque la pluie est attendue pour la course. De plus, les deux ténors de la saison, Michael Schumacher et Fernando Alonso, ont accumulé les erreurs et les pénalités lors des qualifications, les faisant partir en fond de grille.

La course s’élance donc sur une piste détrempée et les premiers tours sont dominés par un Kimi Raikkonen s’élançant de la pole position et prenant une avance consistante au volant de sa McLaren-Mercedes. Derrière c’est la débandade. Les deux Ferrari de Schumacher et Massa se battent aux dernières places après, respectivement, une touchette et un tête à queue. Et devant, ça n’est guère mieux puisque Raikkonen est obligé d’abandonner après avoir heurtés la Toro Rosso de Vitantonio Liuzzi à qui, pourtant, il prenait un tour.

Grâce au jeu des ravitaillements, Jenson Button, qui n’a effectué aucune erreur sur une piste piégeuse, se trouve donc en tête à la mi-course. Une position qu’il ne quittera plus jusqu’à l’arrivée et qui lui permettra de devancer Pedro de la Rosa (McLaren), qui montera là sur son premier podium, et la BMW-Sauber de Nick Heidfled, pour former un trio improbable pour le final de de Grand Prix de Hongrie.

Jenson Button connaitra encore des jours difficiles chez Honda, puis verra l’éclosion du nouveau chouchou des Britanniques en la personne de Lewis Hamilton, qui remportera le titre mondial en 2008. Mais en 2009, cela sera son tour d’être couronné du titre suprême et de rejoindre McLaren, pour y écrire encore de belles pages de son histoires personnelle. Dix ans après sa première victoire, Button est toujours présent en Formule 1 et va aborder ce week-end son 285ème Grands Prix.

Axel Brémond





Les faits marquants du GP d’Europe en F1

17 06 2016

Ce week-end, la ville de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, va accueillir le 23ème Grand Prix d’Europe de l’histoire de la Formule 1. Ce pays du Caucase sera seulement le 4ème à accueillir cette course qui a parfois marqué la discipline.

(c) F1

(c) F1

Le premier Grand Prix d’Europe s’est déroulé en Grande Bretagne en 1983. A cette époque, c’est le circuit de Brands Hatch qui avait obtenu l’opportunité de recevoir la Formule 1. Cette saison là, le Grand Prix de Grande Bretagne se déroulait à Silverstone et pour satisfaire la volonté anglaise d’organiser une seconde course sur ses terres, la notion de Grand Prix d’Europe fut introduite dans la discipline reine de sport automobile. On notera, pour l’histoire, que c’est le Brésilien Nelson Piquet, futur champion du monde cette année là, qui remporta la course. Il devança sur le podium le Français Alain Prost et le Britannique Nigel Mansell.

L’année suivante, c’est au mythique Nurburgring que revint l’honneur d’accueillir le titre de Grand Prix d’Europe avant que Brands Hatch ne reprenne la main en 1985. Mais il faudra attendre jusqu’en 1993 pour revoir le drapeau bleu étoilé au calendrier mondial. Avec une course devenue mythique, dans des conditions météorologiques dantesques sur la piste de Donnington Park, couronnée par la victoire d’un Ayrton Senna impérial, le Grand Prix d’Europe entra alors dans l’histoire.

En 1996, c’est une nouvelle fois le Nurburgring qui organise la course et qui voit Jacques Villeneuve s’imposer pour la première fois en Formule 1. L’année suivant, le Canadien remportera son titre mondial lors d’un Grand Prix d’Europe entré dans les annales, sur la piste de Jerez. En lutte avec Michael Schumacher et sa Ferrari, le montréalais subira une attaque violente de l’Allemand dont il se sortira sans dommage pour finir sur le podium et être porté en triomphe par les deux pilotes McLaren, David Coulthard et Mika Hakkinen, qui fêtait, lui, sa première victoire en F1.

Pendant les neuf années suivantes, le Nurbrugring a accueilli le Grand Prix d’Europe avant de céder sa place en 2008 au circuit urbain de Valence en Espagne, qui consolidera sa présence durant cinq années, sans enthousiasmer ni les foules ni les pilotes. Durant ces années, on verra passer une victoire surprise de Johnny Herbert sur sa Stewart-Ford en 1999, la seule dans le palmarès de l’équipe, et Fernando Alonso remportera trois fois la course avec trois équipes différentes : Renault, McLaren et Ferrari. L’Espagnol est à ce titre le recordman de victoire en Grand Prix d’Europe encore en activité, le record absolu étant détenu par Michael Schumacher avec six succès. On se souviendra également du vol plané impressionnant de Mark Webber au volant de sa Red Bull à Valence en 2010 après que l’Australien ait été propulsé dans les airs après un contact avec la Lotus d’Heikki Kovalainen.

Après trois ans d’absence, le Grand Prix d’Europe va donc faire son retour sur la piste de Bakou, qui s’annonce déjà spectaculaire tant par son décor que par son tracé, à en croire les quelques chanceux qui ont pu faire quelques tours de piste avant l’inauguration officielle ce vendredi.

Axel Brémond





Romain Grosjean et la malédiction monégasque

31 05 2016

L’histoire entre Romain Grosjean et le Grand Prix de Monaco n’est pas des plus simples. Le pilote français, presque à domicile dans la Principauté, n’a jamais eu de chance entre les rails de ce circuit si particulier. Cette année encore, un événement de course indépendant de sa volonté l’a fait rater des points importants.

(c) Haas

(c) Haas

Une treizième place à Monaco est un résultat plutôt décevant, surtout lorsque l’on s’appelle Romain Grosjean et que l’on aimerait bien briller sur ce circuit atypique, véritable enclave princière sur le sol français et qui correspond le plus à un Grand Prix national pour le pilote Haas.

Si le début de saison de Grosjean a été plutôt prometteur voire même impressionnant à bien des égards compte tenu du contexte de l’équipe pour laquelle il court, les quelques derniers mois ont été plus durs avec une monoplace ne correspondant pas au comportement voulu par le Français.

Pourtant, à Monaco, l’ancien pilote Lotus avait retrouvé le sourire en même temps que l’équilibre de sa monoplace. Il était relativement ambitieux et surtout confiant de pouvoir marquer des points sur un Grand Prix qu’il apprécie fortement mais qui ne lui a malheureusement jamais réussi, comme il le résume très bien lui-même : « Monaco ! Quand je suis rapide, ça ne le fait pas au premier virage, comme en 2012. En 2013 j’ai été bloqué par Ricciardo en qualifications, en 2014 c’était nul mais nous avons réussi à marquer des points, l’année dernier j’ai foiré les qualifications quand j’ai tiré tout droit à la Piscine et cette année…alors oui, on a besoin de beaucoup de chose qui aillent dans le bon sens. »

Et bien sûr, cette année, tout est allé de travers pour le pilote Haas. Il a fallu qu’il croise la route d’un médiocre Kimi Raikkonen, détestant cette piste et envoyant le nez de sa monoplace direct dans le rail. Voulant ramener celle-ci en piste le plus rapidement possible, le Finlandais en oublia de regarder ses rétroviseurs et envoya à son tour, dans un coup de volant malheureux, l’infortuné Grosjean dans les rails.

Voilà comment la course du Français fut ruinée, sans n’avoir rien demandé à personne, comme l’an passé où le jeune et fougueux Max Verstappen décida de rater son freinage à Sainte Devote pour aller s’encastrer dans l’arrière de la Lotus de Grosjean…

L’an prochain sera une nouvelle expérience pour lui, mais sa motivation sera sûrement intacte pour enfin réussir à briller sur un des circuits les plus réputé en terme de pilotage. Rendez-vous y est pris pour, peut-être, voir la première victoire française en Formule 1 depuis Oliver Panis en 1996 sur cette même piste ? Le clin d’œil serait historique.

Axel Brémond

 





Il y a 20 ans, Olivier Panis remportait le Grand Prix de Monaco

26 05 2016

La seule et unique victoire d’Olivier Panis en Formule 1 a été acquise à Monaco, il y a tout juste 20 ans, dans des circonstances de course rocambolesques, desquelles le pilote français s’était extirpé avec talent.

(c) Ligier

(c) Ligier

Il était écrit que ce Grand Prix de Monaco 1996 allait avoir une saveur particulière. Cette saison était la première de Michael Schumacher avec Ferrari. Le nouveau double champion du monde, star de la discipline, avait choisi de relever le dur défi de remettre la Scuderia sur le chemin de la victoire.

Face aux Williams dominatrices de Damon Hill et Jacques Villeneuve, l’Allemand avait fort à faire cette saison. Jusqu’à présent, le Britannique et le Canadien se sont échangés les victoires : trois pour Hill et une pour Villeneuve, lors de sa quatrième participation en Grand Prix. Un exploit retentissant qui place d’emblée le fils de Gilles comme un des sérieux prétendants à la victoire monégasque. D’autant plus que Damon Hill n’a jamais été à son aise dans les rues de la Principauté.

Mais à la surprise générale, c’est bien Michael Schumacher qui signe la pole position le samedi à Monaco. Sa deuxième consécutive après celle acquise quinze jours plus tôt à Imola. Damon Hill, deuxième, était relégué à plus d’une demi-seconde et Jacques Villeneuve, qui découvrait la piste, ne pointait qu’à une décevante dixième place.

Jean Alesi et Olivier Panis représentaient la France cette saison en Formule 1. Le premier au volant d’une Benetton-Renault championne du monde en titre, et le second dans le baquet d’une modeste Ligier-Mugen-Honda, écurie en passe d’être rachetée par un certain Alain Prost.

Le premier coup de théâtre de cette course eu lieu dès le premier tour. A l’image d’Ayrton Senna en 1988, Michael Schumacher part à la faute à l’entrée du tunnel, sur une piste détrempée et doit abandonner sa monoplace rouge rutilante dans les barrières ! Voilà de quoi ouvrir la voie royale à Damon Hill qui se rêve en vainqueur monégasque, 27 ans après la dernière victoire de son père, Graham, grand spécialiste de Monaco avec ses cinq victoires au compteur.

Malchance ou malédiction, le moteur Renault de la Williams du Britannique part en fumée sous le tunnel à la mi-course, laissant les commandes à Jean Alesi. Le Français n’a pour le moment remporté qu’une seule victoire dans sa carrière. Celui que l’on surnomme le Poulidor de la F1, en référence à ses nombreuses deuxièmes places, se voit déjà accrocher à son palmarès une victoire de prestige. Mais à 20 tours de l’arrivée, la suspension de sa Benetton le trahit et le force à l’abandon.

C’est ainsi que l’on voit émerger en tête la Ligier d’Olivier Panis. La course du Grenoblois n’a cependant pas été de tout repos. Parti de la 14ème position sur la grille, il est longtemps resté coincé derrière un petit groupe comprenant notamment Eddie Irvine (Ferrari) et Heinz-Harald Frentzen (Sauber). C’est au prix d’un dépassement autoritaire sur l’Irlandais dans le 34ème tour, au virage du Loews, que la course de Panis prend réellement forme.

La piste s’asséchant, le pilote Ligier met en place la bonne stratégie et évite toutes les embûches d’une piste extrêmement piégeuse. En effet, nombre de ses collègues sont partis à la faute et, en y ajoutant les problèmes mécaniques, la liste des abandons s’allonge de tour en tour. Au rang des échoués, on retrouve notamment Gerhard Berger (Benetton), Rubens Barrichello (Jordan), Jacques Villeneuve, Martin Brundle (Jordan) ou encore Eddie Irvine.

Au final, seules quatre monoplaces franchiront la ligne d’arrivée, offrant un podium inattendu regroupant le vainqueur du jour, Olivier Panis, ivre de joie, le pilote McLaren David Coulthard, qui aura couru toute la course avec un casque prêté par Michael Schumacher à cause d’un problème d’aération sur le sien, et enfin Johnny Herbert, tous deux partis pourtant devant la Ligier du Français.

Jamais plus Olivier Panis ne remportera de Grand Prix. Un violent accident l’année suivant venant interrompre une montée en puissance qui semblait inexorable. Cette victoire, sur le circuit le plus prestigieux du monde, n’en a donc que plus de valeur et ce n’est pas un hasard si l’on en parle encore 20 ans après.

Axel Brémond

 





Lewis Hamilton à la recherche de la 44ème merveille

14 04 2016

Lewis Hamitlon subit de nombreux revers et contre-temps dans la quête de sa 44ème victoire. Symbole important pour le Britannique, ce succès se refuse à lui depuis plusieurs mois…

 

(c) Licence Creative Commons / Richard Paquet

(c) Licence Creative Commons / Richard Paquet

Le symbole est fort pour Lewis Hamilton : atteindre le chiffre de 44 pour son nombre de victoires en Formule 1, qui coïnciderait avec son chiffre fétiche, qu’il s’est même fait tatouer sur le cou.

Cela fait maintenant cinq Grands Prix, et plus de six mois, que le triple champion du monde court après ce fait personnellement historique. Cinq courses, que son frère ennemi, Nico Rosberg, l’empêche de célébrer cet instant symbolique qui pourrait paraître désuet à n’importe qui d’autre que lui.

Mais la force des symboles est importante en Formule 1. Michael Schumacher, derrière sa carapace de vainqueur intouchable, autant sportivement qu’émotionnellement, était lui aussi sensible à cet aspect  pourtant purement statistique. Lors de sa 41ème victoire, au Grand Prix d’Italie en 2000, le Baron Rouge avait fondu en larme lors de la conférence de presse au moment où un journaliste soulignait qu’il était devenu l’égal d’Ayrton Senna au nombre de victoires dans la discipline.

Le pilote allemand ne s’est que très peu livré sur la saison 1994 et sur la mort de son modèle mais néanmoins rival Ayrton Senna. En choisissant d’éluder la question, il mettait surtout de côté toutes les émotions ressenties au moment du décès du Brésilien. L’égaler au nombre de victoires, vêtu de la combinaison rouge, à Monza dans le temple de Ferrari, avait fait resurgir des sentiments longtemps enfouis. L’importance de cette 41ème victoire était donc grande pour Schumacher.

Tout comme la 44ème victoire est importante pour Lewis Hamilton. Ce chiffre est le fétiche du Britannique et les facéties de l’histoire ne font que repousser encore un peu le moment fatidique de cette obtention. Ce succès n’apportera pas grand chose au pilote, si ce n’est sûrement sa première victoire de la saison, qui le rassurera un peu. Mais pour l’homme, ce symbole fera sûrement vaciller le solide triple champion du monde.

On connait le caractère émotif d’Hamilton, il l’a déjà prouvé à maintes reprises notamment lors de sa relation tumultueuse avec Nicole Scherzinger. L’émotion risque donc d’être palpable lors qu’il arrivera à inscrire le 44ème succès à son palmarès. Dès le prochain Grand Prix en Chine ?

Axel Brémond





Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

6 04 2016

Censé améliorer le spectacle, le nouveau système de qualifications mis en place depuis le Grand Prix d’Australie cette année l’a plutôt appauvri. En deux courses, la majorité des acteurs de la discipline est montée au créneau pour réclamer des changements. Les instances dirigeantes resteront-elles sourdes à cet appel ?

 

(c) Licence Creative Commons / Michael Potts

(c) Licence Creative Commons / Michael Potts

La Formule 1 est décidément un sport assez étrange, tant dans son fonctionnement que dans sa gérance. Monarchie sous l’égide de Bernie Ecclestone depuis 30 ans, la discipline a toujours, plus ou moins réussi à séduire un public de passionnés assez large.

Si les périodes de domination d’un seul homme ou d’une seule équipe, logiques et récurrentes, arrivent parfois à lasser le public, les promoteurs de la discipline, avec Ecclestone à leur tête, arrivent toujours à trouver des évolutions techniques ou règlementaires pour relancer le spectacle. On peut se souvenir à ce titre de la réglementation pneumatique modifiée en 2005 après une trop longue période de domination de Michael Schumacher et Ferrari.

Mais parfois, ces évolutions ont du mal à passer et se trouve être totalement inutiles, obsolètes voire idiotes. La dernière en date est bien évidemment le nouveau système à élimination des qualifications.

Ce changement, imposé par le règlement sans l’accord des pilotes et des écuries, a été mis en place dans le but d’améliorer le spectacle et de faire en sorte que l’activité en piste soit constante tout au long de l’heure de la séance.

Mais plutôt que ce résultat, on a constaté lors des deux premiers Grands Prix de l’année, que les pilotes s’efforcent de faire leur meilleur tour en début de chaque session et dans un souci d’économie de pneumatiques, restent ensuite à leur stand, abandonnant ainsi la piste vidée de tous ses acteurs.

Un spectacle désolant, mettant en abîme les limites de gouvernance de la Formule 1 et qui a passablement énervé le GPDA, l’association des pilotes de Grand Prix, qui est montée au créneau pour réclamer une participation de leur part dans les réflexions visant à l’avenir la discipline.

Si le système de qualifications devrait finalement être abandonné, l’intervention du GPDA pourrait cependant être très importante pour l’avenir. Les pilotes réclament, entre autre, d’être consultés sur les prochaines évolutions de la discipline et ont déjà quelques idées intéressantes pour améliorer le spectacle. Finalement, ne sont-ils pas les mieux placé pour avoir leur mot à dire ?

Axel Brémond





Melbourne 1996 : Jacques Villeneuve bouscule la Formule 1

17 03 2016

La saison 1996 de Formule 1 a vu un duel fratricide entre deux fils de champions, Damon Hill et Jacques Villeneuve. Unis par les liens de leur écurie Williams, les deux hommes se sont battus pour le titre dès la première course, en Australie, il y a tout juste 20 ans.

 

(c) DR

(c) DR

Cette année, le circuit de l’Albert Park, à Melbourne, va fêter sa vingtième année de présence en Formule 1. Alors que traditionnellement, l’Australie accueillait l’ultime manche du championnat du monde à Adélaïde, la saison 1996 a marqué une petite révolution au calendrier puisque le pays de Jack Brabham et Alan Jones ouvrait le bal !

Une première qui ne fût pas de tout repos pour les acteurs et observateurs chanceux de ce spectacle.

Si dès les premiers essais, la domination des Williams, propulsées par le moteur Renault champion du monde en titre, s’est confirmée, il n’en était pas moins une surprise de voir le jeune Jacques Villeneuve, nouvel arrivé en Formule 1, tenir tête à son expérimenté équipier Damon Hill.

Le Britannique sentait que 1996 serait son année. Après avoir perdu de justesse le titre en 1994 face à un Michael Schumacher à la limite de la correction, il avait dû subir l’année suivante la domination écrasante de son rival allemand. Désormais chez Ferrari, le Baron Rouge ne présentait plus une menace crédible et ouvrait donc la voie royale à Hill pour succéder à son père, double champion du monde de la discipline reine du sport automobile en 1962 et 1968.

Mais c’était sans compter sur le jeune Jacques Villeneuve, fils du célébrissime et flamboyant Gilles Villeneuve, mort en course en 1982 et qui avait laissé Ferrari orphelin d’un probable futur champion du monde.

Fraichement auréolé d’un titre en IndyCar et d’une victoire aux prestigieuses 500 Miles d’Indianapolis, le Québécois est arrivé sans état d’âme en Formule 1 et en imposant son style cool et détendu de culture américaine. Face au rigide et stressé Damon Hill, la confrontation de style avait lieu autant sur la piste qu’en dehors.

C’est avec surprise donc que Villeneuve chipe la pole position le samedi après-midi, pour quelques centièmes, à un Hill médusé et impuissant. En deuxième ligne, la hiérarchie étonne également puisque Eddie Irvine devance lui aussi son équipier Michael Schumacher chez Ferrari. De quoi rassurer Hill ? Pas vraiment…d’autant plus que Villeneuve réalise le départ parfait, deux fois d’affilées puisque la procédure est recommencée après la spectaculaire sortie de piste de Martin Brundle sur sa Jordan, et s’envole en tête lors de la course le dimanche.

Damon Hill semble impuissant à rattraper son équipier jusqu’à ce qu’un problème technique ne vienne handicaper ce dernier. Depuis plusieurs tours, le Britannique reçoit en effet de nombreuses projections d’huile sur son casque et sur l’avant de sa monoplace. Le salut intervient alors pour celui-ci lorsque le Québécois est contraint de ralentir sa machine pour essayer d’atteindre l’arrivée et laisser ainsi passer son équipier en tête de la course.

Dépité mais néanmoins heureux de sa prestation, Villeneuve fera contre mauvaise fortune bon cœur sur le podium. Le jeune homme de 24 ans n’aura pas à rougir de sa performance puisque sur les 58 tours que comptait ce premier Grand Prix à Melbourne, il en aura mené 50 ! Il parviendra même à contester le titre à Hill jusqu’à l’ultime course de la saison au Japon, avant de rencontrer son heure de gloire la saison suivante.

Axel B.








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 128 autres abonnés