Lewis Hamilton à la recherche de la 44ème merveille

14 04 2016

Lewis Hamitlon subit de nombreux revers et contre-temps dans la quête de sa 44ème victoire. Symbole important pour le Britannique, ce succès se refuse à lui depuis plusieurs mois…

 

(c) Licence Creative Commons / Richard Paquet

(c) Licence Creative Commons / Richard Paquet

Le symbole est fort pour Lewis Hamilton : atteindre le chiffre de 44 pour son nombre de victoires en Formule 1, qui coïnciderait avec son chiffre fétiche, qu’il s’est même fait tatouer sur le cou.

Cela fait maintenant cinq Grands Prix, et plus de six mois, que le triple champion du monde court après ce fait personnellement historique. Cinq courses, que son frère ennemi, Nico Rosberg, l’empêche de célébrer cet instant symbolique qui pourrait paraître désuet à n’importe qui d’autre que lui.

Mais la force des symboles est importante en Formule 1. Michael Schumacher, derrière sa carapace de vainqueur intouchable, autant sportivement qu’émotionnellement, était lui aussi sensible à cet aspect  pourtant purement statistique. Lors de sa 41ème victoire, au Grand Prix d’Italie en 2000, le Baron Rouge avait fondu en larme lors de la conférence de presse au moment où un journaliste soulignait qu’il était devenu l’égal d’Ayrton Senna au nombre de victoires dans la discipline.

Le pilote allemand ne s’est que très peu livré sur la saison 1994 et sur la mort de son modèle mais néanmoins rival Ayrton Senna. En choisissant d’éluder la question, il mettait surtout de côté toutes les émotions ressenties au moment du décès du Brésilien. L’égaler au nombre de victoires, vêtu de la combinaison rouge, à Monza dans le temple de Ferrari, avait fait resurgir des sentiments longtemps enfouis. L’importance de cette 41ème victoire était donc grande pour Schumacher.

Tout comme la 44ème victoire est importante pour Lewis Hamilton. Ce chiffre est le fétiche du Britannique et les facéties de l’histoire ne font que repousser encore un peu le moment fatidique de cette obtention. Ce succès n’apportera pas grand chose au pilote, si ce n’est sûrement sa première victoire de la saison, qui le rassurera un peu. Mais pour l’homme, ce symbole fera sûrement vaciller le solide triple champion du monde.

On connait le caractère émotif d’Hamilton, il l’a déjà prouvé à maintes reprises notamment lors de sa relation tumultueuse avec Nicole Scherzinger. L’émotion risque donc d’être palpable lors qu’il arrivera à inscrire le 44ème succès à son palmarès. Dès le prochain Grand Prix en Chine ?

Axel Brémond





Jacky Ickx : La référence belge

20 08 2015

La Formule 1 et la Belgique ont une histoire liée depuis longtemps. Si jamais aucun pilote belge n’a réussi à décrocher le titre mondial, le Plat Pays a néanmoins fourni quelques acteurs marquants et importants de la discipline comme Willy Mairesse, Thierry Boutsen et le plus prestigieux d’entre tous, Jacky Ickx.

(c) Ferrari

(c) Ferrari

Depuis plusieurs années, la Belgique reste un des joyeux de la Formule 1 grâce à son mythique circuit de Spa-Francorchamps, qui reste un des rendez-vous incontournables de l’année et une des pistes préférées des pilotes. Mais la Belgique a également plusieurs pilotes de renom qui, même s’ils n’ont jamais été champion du monde, ont réussi plusieurs exploits et ont marqué l’histoire de la discipline.

Le plus connu des pilotes belges est sans conteste le Bruxellois Jacky Ickx. Fort d’une carrière de 113 Grands Prix s’étalant sur 13 ans, Ickx était un pilote très complet participant autant à des courses de monoplaces que d’Endurance ou de rallye-raid. Son palmarès est impressionnant : deux fois vice-champion du monde de Formule 1, sextuple vainqueur des 24 Heures du Mans il remporte également le Paris-Dakar dans les années 80 pour ce qui sera une des ses dernières grandes victoires.

En Formule 1, Ickx n’aura jamais remporté le titre suprême tout en ayant pourtant couru pour les plus grandes équipes comme Ferrari, Lotus ou Williams. Mais les circonstances, plus que son talent incontestable, ne lui auront pas permis d’atteindre son but ultime. En 1970, il se bat pour la victoire finale face à Jochen Rindt. Le décès tragique de l’Autrichien lors de la manche italienne en fin de saison ouvrait une voie royale au Belge vers le titre mondial. Mais Ickx ne voulait pas profiter de cet événement malheureux et ne chercha pas vraiment à capitaliser sur le mort de son rival à qui il laissa finalement les honneurs mondiaux. C’est la deuxième fois d’affilé qu’il terminait donc vice-champion.

Malgré une suite de carrière chez Ferrari et quelques victoires de prestiges (Nurburgring, Monza…), Ickx ne parviendra plus à se battre pour le titre en Formule 1. Il mangera son pain noir pendant trois ans, entre 1976 et 1978, au volant des monoplaces Williams, écurie alors en pleine construction, bien loin de celle victorieuse qu’elle deviendra à l’aube des années 80. Après une dernière saison au sein de l’écurie française Ligier pour laquelle il marquera trois poins, Ickx se concentrera sur d’autres disciplines.

Car parallèlement à sa présence en Formule 1, il participera à de nombreuses épreuves d’Endurance et remportera notamment six fois les prestigieuses 24 Heures du Mans, ce qui lui vaudra le surnom de « Monsieur le Mans ». En 1983, il remporta également la plus prestigieuses des épreuves de rallye-raid, le Paris-Dakar, aux côtés de l’acteur français Claude Brasseur.

Toujours proche de la Formule 1, il deviendra directeur de course du Grand Prix de Monaco en 1984. Mais sa décision d’arrêter la course au drapeau rouge pour raison de sécurité sous une pluie battante ruine les espoirs de victoire d’un jeune pilote nommé Ayrton Senna. Accusé d’avoir voulu favoriser la victoire d’Alain Prost, en tête au moment de l’interruption, Ickx sera démis de ses fonctions par la FISA et ne s’impliquera alors plus dans un rôle décisionnaire en Formule 1.

Il reste néanmoins toujours une ambassadeur de prestige et une référence évidente en sport automobile et en Formule 1, discipline pour laquelle il se sera investit corps et âmes, notamment pour des questions de sécurité pour lesquelles son franc parler et ses idées arrêtées auront permis de grandes avancées, aux côtés de Jackie Stewart, notamment.

Axel B.





Happy birthday mon cher Watson !

6 05 2015

Cette semaine, John Watson a fêté ses 69 ans. L’occasion rêvée de revenir sur le parcours de cet Irlandais né à Belfast, pilote robuste qui avait fait des remontées spectaculaires en course sa marque de fabrique.

(c) McLaren

(c) McLaren

Peu s’en souvienne encore aujourd’hui, mais John Watson a été un prétendant au titre de champion du monde de Formule 1 jusqu’à la dernière course de l’étrange saison 1982. Si Keke Rosberg a été couronné cette année là avec une seule victoire, Watson en avait lui remporté deux et pouvait légitiment prétendre à remporter également le titre au volant de sa McLaren. Mais une malchance tenace empêchera cependant le Britannique de réaliser son rêve et cet échec marquera plus ou moins le glas de sa carrière en Formule 1.

Avant cela, Watson à eu un parcours plutôt classique avant d’accéder à la discipline reine du sport automobile et se fera remarquer, en F2, en 1973 par l’équipe Brabham qui le fera débuter en Formule 1 dans des écuries privées qui ne lui permettrons cependant guère de briller.

Après quelques balbutiements, le barbu Watson trouve refuge au sein de l’équipe Penske avec laquelle, contre toute attente, il va remporter son premier Grand Prix en Autriche en 1976. Facétieux, le pilote avait parié en début de saison avec son patron, Roger Penske, qu’il se raserait la barbe s’il arrivait à faire triompher sa monoplace. Depuis ce jour, Watson est devenu un pilote respecté…et imberbe.

Cette victoire va lui ouvrir les portes de la prestigieuse écurie McLaren à compter de 1979 au sein de laquelle il restera durant six saisons, jusqu’à la fin de sa carrière en 1985. Une fois de plus, ses débuts seront laborieux et il faudra attendre 1981 pour qu’il renoue avec la victoire lors du Grand Prix de Grande Bretagne sur le circuit de Silverstone. Mais des ennuis mécaniques à répétition l’empêche de bien figurer au championnat et son inconstance lui fera donner le surnom de « John what’s wrong » (John, « qu’est ce qu’il ne va pas ? ») par ses mécaniciens. Il faut dire qu’en 1980, Watson est confronté au débutant Alain Prost, qui impressionne déjà par son analyse technique et sa vitesse pure au sein de l’équipe Britannique.

Après une saison 1982 lors de laquelle il joue le titre suprême, mais qui est noircie par des accidents mortels et des querelles entres les instances dirigeantes de la Formule 1 et les équipes engagé, Watson entame de la plus belle des manières la saison suivante en remportant la deuxième course de la saison sur le difficile circuit de Long Beach aux États-Unis. Il réalise ce jour là la plus phénoménale des remontées jamais vu en Formule 1, remportant le Grand Prix après s’être élancé de la 22ème place sur la grille de départ. La suite de la saison sera plus chaotique et il ne participera même pas aux dernières courses, piégé par la fin de son contrat et remplacé par l’Allemand Stefan Bellof.

Il se tournera alors vers le championnat de voiture de sport en 1984 avant d’essayer de faire son retour chez McLaren l’année suivante en remplacement de Niki Lauda, souffrant et démotivé. Il assistera ce jour là, lors du Grand Prix d’Europe, au sacre de son équipier, Alain Prost, qui remporte son premier titre de champion du monde.

John Watson connaitra un relatif succès en Endurance, remportant par deux fois les 1 000 kilomètres de Fuji en 1984 et 1987 et les 1 000 kilomètres de Monza également en 1987. Irlandais de souche, Eddie Jordan le choisira en 1991 pour inaugurer son équipe de Formule 1 en lui faisant faire les premiers tours de roues de la 191 qui verra débuter, quelques mois plus tard, un certain Michael Schumacher.

Axel B.





L’Europe de la Formule 1 en danger

28 03 2015

Le continent européen, berceau de la Formule 1, est de moins en moins représenté dans les nouvelles destinations visitées par la discipline. De plus en plus, des courses historiques disparaissent du calendrier sans réussir à revenir, sinon au prix d’un investissement financier colossal.

(c) HRT

(c) HRT

Depuis quelques années et les velléités de Bernie Ecclestone d’exporter la Formule 1 vers des cieux plus argentés, la discipline en viendrait presque à mépriser le continent européen, pourtant son véritable berceau. Et si l’on pouvait penser que les courses considérées comme historiques, voire mythiques, pourraient être épargnées, ce n’est pas vraiment le cas…

Depuis 2008, la France n’est plus représentée en tant que nation organisatrice de Grand Prix. Le pays est pourtant historiquement un grand pourvoyeur de talents à tous les niveaux. Des pilotes parmi les plus victorieux comme Alain Prost, René Arnoux, Jacques Laffite ou encore François Cevers, qui ont fait rêver des générations entières, mais également des ingénieurs, motoristes ou équipes qui ont marqué et continuent de marquer durablement la Formule 1 ; on peut bien sûr penser à Gérard Ducarouge, Matra, Ligier ou encore Renault. Mais malgré une renaissance des pilotes français ces dernières années avec Romain Grosjean en chef de file et quelques jeunes comme Esteban Occon ou Pierre Gasly qui attendent leur tour, il ne manque encore qu’une course sur le sol français pour parachever cette exposition.

Si la Belgique et son mythique tracé de Spa-Francorchamps sont régulièrement en difficultés, il en est de même pour l’Angleterre et Silverstone ou l’Italie et son irremplaçable Autodromo de Monza. Aujourd’hui, c’est même l’Allemagne qui fait les frais de la folie économique de la discipline. Personne ne voulant assumer un spectacle déficitaire, les fans d’outre-Rhin se verront privés de leur course pourtant inscrite au calendrier depuis 1960 !

Pourtant, à l’image de la France, l’Allemagne est une grande animatrice de la Formule 1 de ces dernières années. Depuis les multiples succès de Michael Schumacher au milieu des années 90, l’Allemagne est une nation dominatrice dans la discipline. De nombreux pilotes sont arrivés à la suite du Baron Rouge comme Nick Heidfeld, Timo Glock, Nico Rosberg, Nico Hulkenberg et bien entendu l’inévitable Sebastian Vettel. Parmi les constructeurs, BMW s’est frottée également au succès avant d’être imitée avec plus de réussite par Mercedes qui a remporté le Graal en 2014. il parait donc inconcevable que l’Allemagne ne reçoive pas plus d’aide et de considération de la discipline à laquelle elle apporte pourtant beaucoup.

Certes, l’Autriche a retrouvé une place dans le calendrier l’année dernière. Mais elle le doit surtout au soutien du très richissime Dietrich Mateschitz, influent patron de Red Bull. Qu’arrivera-t-il si le magnat autrichien décide un jour que la Formule 1 ne l’amuse plus ? Ces dernières années, la Turquie, l’Inde ou la Corée du Sud ont toute accueillie plusieurs Grands Prix avant de finalement disparaitre. Le problème ne semble donc pas se limiter à L’Europe, mais ces pays n’ont pas le passé du Vieux Continent dont la présence se doit d’être préservée en Formule 1 pour que la discipline ait encore une crédibilité historique.

Axel B.





L’avenir de l’Europe en Formule 1

8 05 2013

Alors que la Formule 1 se dirige à grands pas vers l’Europe, on s’aperçoit que, de plus en plus, le calendrier mondial de la Formule 1 se voit amputer d’un bon nombre de Grands Prix sur le sol européen. Des pays à forte capacité économique damnent le pion à d’autres pistes, parfois mythiques et souvent appréciées des pilotes. Certaines font de la résistance ? mais jusqu’à quand ?

Licence Creative Commons / Mutari

Licence Creative Commons / Mutari

Il y a quinze ans, la part des Grands Prix européens s’élevait à plus de 80% du calendrier mondial. Aujourd’hui, avec à peine sept courses sur les dix-neuf que compte la saison 2013, cette part a chuté en dessous des 35%.

Si l’on prend comme référence ses quinze dernières années, entre les saisons 1998 et 2013, les statistiques sont édifiantes. La liste des pays ayant perdu leur Grand Prix depuis est longue : l’Autriche, la France, St Marin, l’Allemagne (qui comptait alors deux courses au calendrier) mais aussi l’Argentine pour les non-européens, ont vécu une séparation franche avec la discipline. Pour preuve de cette tendance d’abandon du vieux continent, le Grand Prix d’Europe, présent sporadiquement selon les saisons sur diverses pistes comme Jerez, le Nürburgring ou Valence, n’est plus aujourd’hui une étape du championnat, et on voit mal comment, dans le contexte actuel, il pourrait refaire surface.

D’un autre côté, des pays où la compétition automobile est émergente mais historiquement moins traditionnelle sont apparus dans le paysage mondial comme la Malaisie, la Chine, Bahreïn, Singapour, la Corée du Sud, l’Inde ou encore Abu Dhabi.

Les enjeux économiques ont évidemment une place très importante dans le choix des destinations de la discipline, choix qui est fait par Bernie Ecclestone, toujours soucieux du meilleur rendement financier possible.

Mais les constructeurs ont aussi leur mot à dire. Dans une période ou l’Europe est engoncée dans une crise financière qui semble interminable, les manufacturiers automobiles cherchent à externaliser leurs ventes et leur image vers des pays en plein expansion comme la Chine par exemple, dont Renault et Mercedes ont fait leurs champs de bataille prioritaire.

De plus, tout ces pays sont plus amène de payer le prix exorbitant fixé par Ecclestone pour avoir le droit d’accueillir un Grand Prix de Formule 1. On connaît les difficultés rencontrées par la France pour générer et sécuriser un budget pour une seule année de présence au calendrier, et d’autres pays comme l’Espagne ou la Belgique ont les pires difficultés à rester présents, même en étant déficitaire comme les courses de Melbourne et de Montréal (pourtant hors-Europe).

Dans un monde ou l’argent a prit le pas sur le sport et la passion, on peut se demander si la pression des pilotes, qui adorent courir sur des tracés mythiques, peut encore avoir du poids pour prolonger la présence de circuits comme Monza, Silverstone, Monaco ou Spa-Francorchamps. Mais même ce dernier, pourtant cité comme référence par les plus grands champions, n’arrive pas à pérenniser sa présence en Formule 1.

D’autre part, l’exotisme des destinations ne cesse pas d’enfler puisque l’on entend parler de futurs Grands Prix en Thaïlande ou en Russie, qui ne sont pas à proprement parler des terres de sport automobile mais qui ont la chance de pouvoir offrir les garanties financières tant recherchées.

Cependant, pour que la Formule 1 garde une âme, et qu’elle reste un sport attaché à ses racines et à son glorieux passé, il serait judicieux que Bernie Ecclestone et ses acolytes ne désertent pas totalement ce berceau européen qui a fait de la discipline ce qu’elle est aujourd’hui. Monza, Silverstone, Nürburgring, Francorchamps et Monaco risquent d’être finalement les seules traces du passé encore visible dans un futur…plus ou moins proche.

Axel B.





Le mythe de Monza

7 09 2011

On a coutume de dire que l’Europe est le berceau de la Formule 1. Si beaucoup de pays émergeants frappent à la porte de Bernie Ecclestone afin d’avoir leurs entrées sur la scène mondiale, les circuits mythiques tentent de survire à cet appel d’offre généralisé et motivé par l’argent. L’autodrome de Monza fait parti intégrante de cette histoire du sport automobile.

(c) horspistesf1

La première impression frappante lorsque l’on pénètre aux abords de l’enceinte du circuit de Monza, est sa parfaite intégration à l’environnement qui l’entoure.

Situé à quelques kilomètres de Milan, une des plus importantes villes européennes, la cité de Monza (riche de plus de 100 000 habitants) démontre l’aspect d’un développement industriel important et maitrisé.

Reliée à une des capitales de la mode par une immense zone commerciale, Monza met fièrement en valeur un magnifique parc abritant son palais royal, un golf prestigieux et, bien entendu, un circuit mythique.

Au bout de la via Enzo Ferrari, de larges pages de l’histoire du sport automobile, et de la Formule 1 en particulier, se sont écrites.

Arrivé aux portes du circuit, un simple grillage et une guérite tenue par un gardien à l’accent italien marqué, ne laisse pas présager de l’importance de cet endroit dans le paysage de l’industrie automobile et sportive.

C’est ici, en 1965, que l’écossais Jackie Stewart, futur triple champion du monde, remportera sa première victoire, obtenue de haute lutte face à Graham Hill. Le pilote au tartan y remportera également quatre ans plus tard son premier titre mondial.

C’est aussi sur ce circuit qu’une des arrivées les plus serrées aura lieu. En 1971, Peter Gethin passera la ligne d’arrivé un centième de seconde devant le suédois Ronnie Peterson et neuf centième de seconde devant le français François Cevert.

On ne peut pas oublier évidemment le succès symbolique des Ferrari de Gerhard Berger et Michele Alboreto lors du Grand Prix d’Italie 1989, seulement quelques jours après la mort du Commendatore, Enzo Ferrari. Un hommage particulier obtenu dans des conditions particulières au milieu d’une saison outrageusement dominé par McLaren, qui monopolisera toutes les autres victoires avec son duo dévastateur Alain Prost/Ayrton Senna.

Et récemment, Fernando Alonso a pu goûter à l’ivresse dune victoire à Monza au volant d’un des mythiques bolides rouges de la Scuderia et combler de joie les tifosi italien venu contempler la course.

Mais le circuit fut aussi le théâtre de quelques drames qui font parfois l’histoire. Même s’il est moins agréable de s’en souvenir, Monza a vu sur ses terres les morts de Wolfgang Von Trips en 1961 et de Ronnie Peterson en 1978, alors que tous deux se battaient pour le titre de champion du monde.

Scènes d’allégresse ou de malheur, tel est le sort réservé aux grands circuits de l’histoire de la Formule 1. Monza en fait incontestablement parti tout comme Silverstone, Spa-Francorchamps ou Monaco. Des circuits qui n’ont pas eu le temps d’être dénaturé par l’incontournable Hermann Tilke ou mis de côté par l’opportuniste Bernie Ecclestone. La ferveur qui entoure les événements organisés sur ces circuits est la preuve que le public ne se trompe pas en cherche un spectacle de qualité à la hauteur de l’histoire.

Axel B.





Tous à l’arrivée!

27 06 2011

Si le manque d’action en piste a caractérisé le dernier grand prix d’Europe sur le circuit de Valence en Espagne, cette course fut néanmoins le théâtre d’un fait marquant qui ne s’est produit que peu de fois dans l’histoire de la Formule 1 moderne.

Licence Creative Commons / formulasantander.com

En effet, sur les 24 pilotes qualifiés qui ont pris le départ de la course dimanche dernier, tous sont arrivés à passer sous le drapeau à damier.

Même l’optimisme béat, maintenant devenu habituel, de Michael Schumacher dans ses tentatives de dépassements, n’a pas réussi à entamer la liste des abandons pourtant prévisibles sur ce circuit urbain et sous cette forte chaleur.

Cette anecdote, qui peut paraitre futile, est pourtant bien historique.

Lors des 50 dernières saisons de Formule 1, seul trois grand prix sont arrivés à leurs termes avec la totalité des participants au départ. Le cas le plus récent est le grand prix d’Italie 2005, sur le circuit de Monza.

Ce grand prix, qui fut également un des plus courts de l’histoire (1h15), comme il en est de tradition sur cette piste rapide, avait été remporté par Juan Pablo Montoya sur une McLaren-Mercedes, leader sans discontinu des 53 tours.

Détail amusant, et autre point commun avec Valence 2011, c’est le pilote Narain Kartikeyan qui a fini bon dernier des deux courses ; au volant d’une Jordan en 2005, puis d’une HRT en 2011.

Il faut cependant remonter jusqu’en 1961 pour retrouver un tel record à l’arrivée d’une course. Plus particulièrement au grand prix des Pays-Bas sur le circuit de Zandvoort.

A cette époque, la grille de départ comportait 15 pilotes, et les stars du moment se nommaient Jack Brabham, Jim Clark, Stirling Moss ou encore Graham Hill.

Mais cela sera cependant l’allemand Wolfgang Von Trips qui remportera ici la première de ces deux victoires, avant de trouver tristement la mort un peu plus tard dans la saison, lors du grand prix d’Italie à Monza qui sacrera son équipier, l’américain Phil Hill, champion du monde. Une autre époque certes, mais où la fiabilité des monoplaces était encore bien plus fragile qu’aujourd’hui. Le fait d’avoir toutes les voitures à l’arrivée était alors encore plus iconoclaste.

Puisqu’il s’agit de trouver des points communs entre ces trois courses, nous pouvons également noter l’absence totale de pilotes français sur ces trois périodes, ce qui prouve que le malaise du sport automobile en France est cyclique et ne date pas d’hier.

Il est donc évident que l’évolution de la technique et de la fiabilité des Formule 1 tend vers un nombre de casses mécaniques moins important qu’auparavant. Les erreurs de pilotages, elles, sont toujours aussi présente, mais il faut croire que le week end dernier, à Valence, les nouveau héros du sport automobile, Sebastian Vettel, Mark Webber, Jenson Button, Fernando Alonso et surtout Lewis Hamilton, avaient décidé de mettre les risques de côté et de rallier l’arrivée en toute sérénité.

Voilà en tout cas ce qui fait rentrer le grand prix d’Europe 2011 à Valence dans l’histoire de la Formule 1, lui qui aurait eu tant de mal avec une course plutôt fade par rapport à celles du début de saison, à faire en sorte que l’on se souvienne de lui…

Axel B.








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 151 autres abonnés