Mais où va Daniil Kvyat ?

28 07 2016

Daniil Kvyat n’est plus le même homme depuis son éviction de Red Bull. Passé du statut de jeune prometteur à celui de has been en quelques semaines, certains signes montraient pourtant depuis longtemps que le Russe ne représenterait jamais l’avenir de l’équipe autrichienne.

(c) Toro Rosso

(c) Toro Rosso

Pour comprendre le parcours de Daniil Kvyat en Formule 1, il faut remonter à la fin de la saison 2014, précisément quand Sebastian Vettel, alors encore pilote Red Bull, prenait tout le monde au dépourvu en annonçant son départ de l’écurie autrichienne.

Cette dernière ne s’attendait certainement pas à une telle annonce et pour ne pas perdre la face devant le petit monde de la Formule 1, elle demanda à son quadruple champion du monde de retenir quelques temps l’information pour avoir le loisir de choisir son remplaçant. Le temps était donc compté et les possibilités crédibles qui s’offraient à Red Bull n’étaient pas légions.

Pour valider son esprit de filière, il fallait donc promouvoir un des deux pilotes de l’écurie petite sœur, Toro Rosso, dont le line up était alors composé de Jean-Eric Vergne et Daniil Kvyat.

Après plusieurs saisons passées à Faenza et déjà quelques chances de grillées, le pilote français n’était pas le dominateur attendu face à son jeune équipier Russe. Quoi de plus normal donc, pour Red Bull, que de favoriser Kvyat dans l’accession au baquet au suprême. Helmut Marko et Dietrich Mateschitz ont toujours aimé les surprises.

Le Russe n’était certes pas le plus doué de sa génération. Carlos Sainz Jr et Max Verstappen frappaient déjà à la porte de la Formule 1 mais il était alors inconcevable de les jeter dans le grand bain sans passer par la case Toro Rosso. Kvyat fût alors choisi, un peu comme un choix par défaut, pour accompagner Daniel Ricciardo dans les espoirs de reconquête de titre par Red Bull.

Mais bien entendu, face au souriant australien qui sortait d’un exercice 2014 plutôt réussi, le Russe a eu quelques difficultés à s’imposer dans l’équipe. Ses résultats n’étaient pourtant pas mauvais et il a même, à quelques reprises, fait fortement douter son équipier, avant que celui-ci ne redresse la barre en fin de saison.

Feu de paille finalement, puisque qu’après que l’écurie lui ait logiquement renouvelé sa confiance pour 2016, la vie de Kvyat chez Red Bull est devenue un véritable enfer. En manque cruel de confiance, mis sous pression par sa direction qui rêvait déjà de voir Verstappen à sa palce, le Russe a enchainé les erreurs bêtes qu’il n’avait pourtant pas commises depuis le début de sa carrière en Formule 1. Un double accrochage avec Sebastian Vettel en deux courses allait sonner le glas de ses ambitions au plus haut niveau de la discipline. Helmut Marko, qui n’en attendait pas moins pour effacer sa décision précipitée de 2014, en profitait pour rétrograder le Russe et titulariser Verstappen à sa place.

Désormais, Daniil Kvyat tente de retrouver ses marques au sein d’une écurie qu’il a visiblement quittée trop tôt. Mais ses performances décevantes face à un Carlos Sainz régulier et rapide font qu’il reste improbable que son avenir continue d’être lié à celui de Red Bull. Dans une dynamique descendante, il lui sera même très dur de retrouver un baquet en Formule 1…

Axel Brémond





Jusqu’au bout de l’ennui dans les rues de Bakou

26 06 2016

Le Grand Prix d’Europe à Bakou n’a pas vraiment été une réussite du point de vue du spectacle. Un tracé sans aucune surprise, ni difficulté majeure et des pilotes très sages n’ont pas animé un week-end pauvre en événements.

c-red-bull-bakou-vue

L’Azerbaïdjan a accueilli sa première course de Formule 1 le week-end dernier sur une piste tracée dans la cité médiévale de Bakou. Mais si le cadre et l’environnement ont offert un décor somptueux pour la discipline, le spectacle n’a pas vraiment été au rendez-vous durant la course.

Constitué de longues lignes droites et de nombreux virages à 90°, le circuit n’a pas réellement répondu aux attentes des organisateurs qui s’attendaient à avoir une course spectaculaire, notamment dans le passage du circuit qui emprunte la vieille ville et qui se rétrécie pour ne laisser la place qu’à une seule monoplace pour se faufiler entre les murs.

Au lieu de ça, et au contraire de la course de GP2 qui a connu de nombreux accidents, le Grand Prix a été une procession ennuyeuse de Formule 1, battant des records de vitesse de pointe et se doublant principalement dans la ligne droite de départ grâce au DRS et au phénomène d’aspiration.

La seule lutte en piste qui avait un peu d’enjeux a été rapidement tronquée par une pénalité idiote infligée à Kimi Raikkonen désigné coupable d’avoir coupé la ligne blanche d’entrée des stands, tout comme de nombreux autres pilotes durant la course qui n’ont, quant à eux, pas été inquiétés.

Finalement, la piste tant vantée de Bakou n’est pas sans rappeler celle tant critiquée de Valence, qui a servi de cadre au Grand Prix d’Europe durant quatre saisons et qui n’a pas non plus apportée satisfaction au petit monde de la Formule 1.

Est-ce que l’Azerbaïdjan aura cependant plus de chance de voir son nom perdurer un peu longtemps dans la discipline ? Sans aucune tradition dans le sport automobile, sa présence au calendrier le rend déjà anachronique, et avec un tracé qui ne fait pas l’unanimité, peu d’atouts sont donc de son côté. Mais on sait très bien que Bernie Ecclestone et la FIA voient souvent des avantages extra-sportif à fréquenter des pays qui n’ont pas vraiment tradition à accueillir la Formule 1…qui n’en est pas à une incohérence près…

Axel Brémond





Romain Grosjean et la malédiction monégasque

31 05 2016

L’histoire entre Romain Grosjean et le Grand Prix de Monaco n’est pas des plus simples. Le pilote français, presque à domicile dans la Principauté, n’a jamais eu de chance entre les rails de ce circuit si particulier. Cette année encore, un événement de course indépendant de sa volonté l’a fait rater des points importants.

(c) Haas

(c) Haas

Une treizième place à Monaco est un résultat plutôt décevant, surtout lorsque l’on s’appelle Romain Grosjean et que l’on aimerait bien briller sur ce circuit atypique, véritable enclave princière sur le sol français et qui correspond le plus à un Grand Prix national pour le pilote Haas.

Si le début de saison de Grosjean a été plutôt prometteur voire même impressionnant à bien des égards compte tenu du contexte de l’équipe pour laquelle il court, les quelques derniers mois ont été plus durs avec une monoplace ne correspondant pas au comportement voulu par le Français.

Pourtant, à Monaco, l’ancien pilote Lotus avait retrouvé le sourire en même temps que l’équilibre de sa monoplace. Il était relativement ambitieux et surtout confiant de pouvoir marquer des points sur un Grand Prix qu’il apprécie fortement mais qui ne lui a malheureusement jamais réussi, comme il le résume très bien lui-même : « Monaco ! Quand je suis rapide, ça ne le fait pas au premier virage, comme en 2012. En 2013 j’ai été bloqué par Ricciardo en qualifications, en 2014 c’était nul mais nous avons réussi à marquer des points, l’année dernier j’ai foiré les qualifications quand j’ai tiré tout droit à la Piscine et cette année…alors oui, on a besoin de beaucoup de chose qui aillent dans le bon sens. »

Et bien sûr, cette année, tout est allé de travers pour le pilote Haas. Il a fallu qu’il croise la route d’un médiocre Kimi Raikkonen, détestant cette piste et envoyant le nez de sa monoplace direct dans le rail. Voulant ramener celle-ci en piste le plus rapidement possible, le Finlandais en oublia de regarder ses rétroviseurs et envoya à son tour, dans un coup de volant malheureux, l’infortuné Grosjean dans les rails.

Voilà comment la course du Français fut ruinée, sans n’avoir rien demandé à personne, comme l’an passé où le jeune et fougueux Max Verstappen décida de rater son freinage à Sainte Devote pour aller s’encastrer dans l’arrière de la Lotus de Grosjean…

L’an prochain sera une nouvelle expérience pour lui, mais sa motivation sera sûrement intacte pour enfin réussir à briller sur un des circuits les plus réputé en terme de pilotage. Rendez-vous y est pris pour, peut-être, voir la première victoire française en Formule 1 depuis Oliver Panis en 1996 sur cette même piste ? Le clin d’œil serait historique.

Axel Brémond

 





Max Verstappen fait voler la filière Red Bull en éclats !

19 05 2016

La victoire de Max Verstappen au Grand Prix d’Espagne a apporté un vent d’air frais sur la Formule 1, après deux saisons de domination sans partage de Mercedes. Mais l’éclosion de ce jeune talent risque bien d’avoir des conséquences fâcheuses sur le reste du vivier de la filière Red Bull.

(c) Red Bull

(c) Red Bull

Un seul Grand Prix au volant de la Red Bull à moteur Renault et déjà une première victoire pour Max Verstappen ! Le Néerlandais n’y est pas allé de main morte et a démontré à ses dirigeants qu’ils avaient faits le bon choix en le titularisant en lieu et place de Daniil Kvyat pour le début de la saison européenne.

Au premier rang des battus, le Russe a été forcé d’être beau joueur. Il est allé serrer la main de son remplaçant juste après la course et s’est même permis de signer le meilleur tour en course, le premier de sa carrière, juste au moment où celle-ci, justement, est au creux de la vague. Un sursaut d’orgueil qui prouve à qui veut bien le voir que Kvyat n’est pas totalement fini.

Sa carrière chez Red Bull, elle, et dans une moindre mesure chez Toro Rosso, n’est, par contre, pas loin de se terminer. Le Russe s’ajoute à la longue liste des mis au placard de la filière autrichienne, au même titre que les Scott Speed, Vitantonio Liuzzi ou autre Sébastien Bourdais. A la seule différence près que Kvyat a eu la chance de trouver refuge chez Toro Rosso. Mais vu que le but de l’équipe basée à Faenza est de produire les futurs titulaires pour Red Bull, on voit mal comment le jeune russe pourrait trouver un avenir dans cette filière. Un retour chez Red Bull est désormais improbable !

Une filière qui a mis sur la grille de nombreux pilotes talentueux et qui semble changer de référence à chaque saison. Ces deux dernières années, Daniel Ricciardo était présenté comme le futur meneur. Aujourd’hui, sa côté de popularité au sein de l’équipe autrichienne a pris un sacré coup. Mis à part en qualifications, l’Australien s’est fait dominer tout le week-end par son jeune équipier. Certes, en course, il a été victime d’une stratégie douteuse et a mené la majorité du Grand Prix. Mais en Formule 1 et face à son coéquipier, seul le résultat compte. Max Verstappen étant en train de devenir le nouveau chouchou du paddock et des dirigeants de Red Bull, ne serait-il pas temps pour Ricciardo d’aller voir ailleurs ?

L’autre victime de l’ogre Verstappen est son ancien équipier chez Toro Rosso, Carlos Sainz. Dans un moindre mesure cependant. L’Espagnol aurait pu prendre ombrage de la promotion du Néerlandais en direction de Red Bull. Pourquoi ses patrons lui ont-ils préféré son équipier ? Cette question a dû traverser l’esprit du pilote Toro Rosso, mais sa course en Espagne, où il a tenu la troisième place pendant un temps pour finalement signer le meilleur résultat de sa carrière en Formule 1, a prouvé qu’il avait bien digéré cet affront. Sa domination totale sur Daniil Kvyat a également marqué les esprits. Aura-t-il cependant une chance de se retrouver chez Red Bull aux côtés de Verstappen dans un avenir proche ? L’histoire d’amour entre l’équipe championne du monde et le Néerlandais est faite pour durer, au grand dam de Kvyat qui ne retrouvera plus sa place. Du coup, l’avenir de Sainz est soumis à deux facteurs importants : la continuité de ses performances en piste et le futur de Daniel Ricciardo.

Paradoxalement, la filière Red Bull n’a jamais aussi bien fonctionné, avec un pléthore de pilotes talentueux. Mais justement, avec quatre pilotes de grand cru et seulement deux places dans l’équipe de pointe, des décisions difficiles doivent être prises, souvent au détriment de l’humain. Ce n’est pas Daniil Kvyat, pourtant honorable pilote, qui dira le contraire.

Axel Brémond

 





Ferrari : Un début de saison cauchemardesque

8 05 2016

Quelques problèmes de fiabilité et une malchance tenace vont forcer Ferrari à redoubler d’effort pour essayer de raccrocher le wagon Mercedes au championnat. Malgré tout, Maurizio Arrivabene et ses hommes restent optimistes.

(Ferrari)

(Ferrari)

Si Nico Rosberg s’envole au championnat du monde des pilotes avec ses 100 points et ses 4 victoires en autant de courses, derrière lui, c’est l’hécatombe. Parmi ses plus proches poursuivants, les deux pilotes Ferrari, Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen, jouent plutôt de malchance.

Dès le Grand Prix d’Australie, en ouverture de la saison, c’est le Finlandais qui va se retrouver victime de sa mécanique. Une première casse moteur, annonciatrice d’une début d’année douloureux, sera la première alerte concernant la fragilité de l’unité de puissance italienne.

Pire encore, au Grand Prix de Bahreïn, Vettel n’aura même pas la chance de pouvoir rejoindre la grille de départ, son moteur laissant échapper un nuage de fumée caractéristique de mauvaises nouvelles. L’Allemand, sur le podium à Melbourne, connaissait là son premiers revers de la saison. Pendant ce temps, Raikkonen jouait parfaitement son rôle de trouble fête et hissait sa monoplace à la deuxième place entre les deux Flèches d’argent.

En plus de la malchance, les circonstances de course se sont également mises à perturber les ambitions de Ferrari. En Chine, pour la troisième course de la saison, un Daniil Kvyat opportuniste sur sa Red Bull est venu parasiter avec une certaine réussite les volontés de reconquête de la Scuderia en forçant les deux pilotes de l’équipe italienne à s’accrocher lors du départ. A l’écart de la lutte pour la victoire, Vettel et Raikkonen ont tout de même réussi à sauver les meubles en remportant de précieux points et un podium supplémentaire.

Las, une nouvelle rencontre explosive entre Vettel et Kvyat dans les premiers virages du Grand Prix de Russie a annihilé tous les espoir de l’Allemand, coincé dans les TechPro du virage n° 3. Mais un problème électrique lors des essais libres avaient déjà celé le sort du quadruple champion du monde, contraint de changer sa boite de vitesse et d’observer une pénalité de 5 places sur la grille le dimanche. Avec un Raikkonen mal à l’aise avec l’équilibre de sa monoplace, Ferrari ne pouvait plus jouer la victoire.

Après 4 Grands Prix, la Sucderia n’a déjà plus droit à l’erreur. Pourtant, elle n’a jamais semblé être aussi proche des Mercedes depuis ces trois dernières saisons. Lewis Hamilton et Nico Rosberg ne cessent d’ailleurs de répéter à longueurs d’interviews qu’ils sentent, avec de plus en plus d’insistance, le souffle chaud des bolides rouges dans leur cou. Mais pour ne pas que cet effet retombe comme un soufflé, il va cependant falloir que Ferrari gagne une course, très rapidement.

Cet objectif semble à la portée de Vettel, tant l’Allemand incarne le renouveau de Ferrari. Kimi Raikkonen, en retrait, est toujours à la recherche de son premier succès depuis son retour dans la maison rouge en 2014. Son avenir, à plus ou moins court terme, se jouera également de ce côté là, même si le duo de pilotes pour l’an prochain est sûrement le derniers des soucis de Maurizio Arrivabene aujourd’hui.

Axel Brémond

 





La Russie prête à s’installer durablement en F1

28 04 2016

La Russie prend une place de plus en plus importante en Formule 1 avec son Grand Prix national et la présence de quelques pilotes depuis plusieurs saisons. Pourtant, l’émergence dans le discipline de ce puissant pays ne se sera pas faite sans difficultés.

(c) Getty

(c) Getty

Avant de voir l’organisation de son premier Grand Prix en 2014 sur le site olympique de Sotchi, la Russie aura vainement tenté, à plusieurs reprises, d’attirer la discipline reine du sport automobile sur ses terres.

Il faut remonter jusqu’aux années 60 pour retrouver trace d’une première tentative d’organisation d’une course sur le sol russe. A cette époque, la Formule 1 ne s’externalisait que très peu en dehors de l’Europe occidentale. Avec une petite dizaine de courses par an inscrites au calendrier mondial, seul le continent américain – avec les États-Unis, le Mexique et le Canada, pouvait se targuer d’accueillir la discipline, tout comme l’Afrique du Sud qui, à partir de 1962, avait réussi à sécuriser une course dans un contexte politico-sociales difficiles.

Un projet trop couteux et un manque de motivation du gouvernement de l’URSS avait fait avorter dans l’œuf un projet qui semblait démesuré pour l’importance financière de la Formule 1 à cette époque. Mais à l’orée des années 80, la prise de pouvoir de Bernie Ecclestone allait fortement changer les choses.

Le Britannique voyait grand pour la discipline, et sa volonté d’élargir les frontières de la Formule 1 passait obligatoirement par une présence sur le sol russe. A cette époque, il ne pensait sûrement pas qu’il lui faudrait attendre plus de 30 ans avant de voir son projet se réaliser.

Pourtant, au début des années 80, Ecclestone semblait tenir son Grand Prix de Russie entre les mains. Fort d’un accord avec Leonid Brejnev, personnage central du monde politique de l’URSS, une course fut alors inscrite au calendrier de la saison 1983. Mais la mort de Brejnev, en novembre 1982, précipita la fin de cette ambition. Ensuite, avec l’organisation du Grand Prix de Hongrie en 1986, devenant ainsi la première course à se dérouler de l’autre côté du Rideau de fer, Ecclestone s’éloigna peu à peu de la Russie.

D’autres projets, assez rapidement avortés pour des raisons politiques ou financières, se sont succédés durant les deux décennies suivantes jusqu’à ce que le site olympique de Sotchi et la volonté commune de Vladimir Poutine, alors premier ministre russe, et de Bernie Ecclestone, soient les ingrédients de la réussite pour l’organisation d’un Grand Prix de Russie.

Accompagné par les succès plus ou moins relatifs des deux premiers pilotes russes en Formule 1, Vitaly Petrov et Daniil Kvyat, la course a rencontré son public et semble devenir un des rendez-vous apprécié par les pilotes depuis trois ans. La piste, inévitablement dessinée par Herman Tilke, possède quelques enchainements capables de fournir quelques grands moments de sport automobile.

Axel Brémond





Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

6 04 2016

Censé améliorer le spectacle, le nouveau système de qualifications mis en place depuis le Grand Prix d’Australie cette année l’a plutôt appauvri. En deux courses, la majorité des acteurs de la discipline est montée au créneau pour réclamer des changements. Les instances dirigeantes resteront-elles sourdes à cet appel ?

 

(c) Licence Creative Commons / Michael Potts

(c) Licence Creative Commons / Michael Potts

La Formule 1 est décidément un sport assez étrange, tant dans son fonctionnement que dans sa gérance. Monarchie sous l’égide de Bernie Ecclestone depuis 30 ans, la discipline a toujours, plus ou moins réussi à séduire un public de passionnés assez large.

Si les périodes de domination d’un seul homme ou d’une seule équipe, logiques et récurrentes, arrivent parfois à lasser le public, les promoteurs de la discipline, avec Ecclestone à leur tête, arrivent toujours à trouver des évolutions techniques ou règlementaires pour relancer le spectacle. On peut se souvenir à ce titre de la réglementation pneumatique modifiée en 2005 après une trop longue période de domination de Michael Schumacher et Ferrari.

Mais parfois, ces évolutions ont du mal à passer et se trouve être totalement inutiles, obsolètes voire idiotes. La dernière en date est bien évidemment le nouveau système à élimination des qualifications.

Ce changement, imposé par le règlement sans l’accord des pilotes et des écuries, a été mis en place dans le but d’améliorer le spectacle et de faire en sorte que l’activité en piste soit constante tout au long de l’heure de la séance.

Mais plutôt que ce résultat, on a constaté lors des deux premiers Grands Prix de l’année, que les pilotes s’efforcent de faire leur meilleur tour en début de chaque session et dans un souci d’économie de pneumatiques, restent ensuite à leur stand, abandonnant ainsi la piste vidée de tous ses acteurs.

Un spectacle désolant, mettant en abîme les limites de gouvernance de la Formule 1 et qui a passablement énervé le GPDA, l’association des pilotes de Grand Prix, qui est montée au créneau pour réclamer une participation de leur part dans les réflexions visant à l’avenir la discipline.

Si le système de qualifications devrait finalement être abandonné, l’intervention du GPDA pourrait cependant être très importante pour l’avenir. Les pilotes réclament, entre autre, d’être consultés sur les prochaines évolutions de la discipline et ont déjà quelques idées intéressantes pour améliorer le spectacle. Finalement, ne sont-ils pas les mieux placé pour avoir leur mot à dire ?

Axel Brémond








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 137 autres abonnés